Accueil » Actualité » Acer voudrait bien se vendre, mais pas vraiment

Acer voudrait bien se vendre, mais pas vraiment

Image 1 : Acer voudrait bien se vendre, mais pas vraimentUn ordinateur Acer

Le fondateur d’Acer et Président du Conseil d’administration, Stan Shih, a fait savoir que la société était ouverte à un rachat, selon The Economic Times. C’est une déclaration peu commune qui indiquerait que l’entreprise cherche un repreneur. Il faut dire qu’elle est en sérieuse perte de vitesse. Son chiffre d’affaires et ses bénéfices sont en chute libre et elle ne semble pas avoir de solution à son problème. Il est aussi fort possible que cette remarque ait été motivée par le déclin de l’action d’Acer en bourse. La firme a beaucoup souffert de la chute récente du marché chinois et au moment des déclarations, l’action se négociait à moins de 10 $. Elle est maintenant passée à 12,4 $.

Acer ne serait pas le premier à revendre sa division PC (cf. « Sony abandonne ses VAIO et supprime 5000 postes »), mais on doute que les propos de Stan Shih soient sincères. En effet, après avoir dit que la société était ouverte à un rachat, il s’est empressé de dire que l’acquéreur n’obtiendrait qu’une coquille vide et que les Taïwanais privilégiaient l’émotion contrairement aux Américains et Européens qui mettent l’argent au premier plan. Ce ne sont clairement pas des propos qui vont donner envie à Apple ou Lenovo de se pencher sur ce dossier. La référence à la coquille vide signifie que l’acquéreur n’aurait aucun pouvoir décisionnel. Il est possible que le message s’adresse donc principalement à des fonds d’investissement et qu’Acer cherche une source d’argent rapide. Nous pensons surtout que la firme a tenté d’arrêter l’hémorragie du cours de son action. Le pari est pour l’instant réussi, mais les problèmes sous-jacents subsistent.