Accueil » Test » Acer XG270HU : que vaut FreeSync ? » Page 2

Acer XG270HU : que vaut FreeSync ?

1 : Introduction 3 : Interface utilisateur et calibration 4 : Luminosité et contraste 5 : Échelle de gris et gamma 6 : Couleurs et gamut 7 : Angles de vue, uniformité, réactivité et input lag 8 : Conclusion

Emballage, ergonomie et accessoires

Poids plume et finesse semblent avoir été les mots d’ordre chez Acer pour le XG270HU. Malheureusement, ceci vaut également pour le carton d’emballage qui est à nos yeux trop petits pour son contenu. Bien que notre exemplaire de test soit arrivé indemne, nous suggérons de bien inspecter le colis à la livraison. À l’opposé, le lot d’accessoires est plutôt généreux : les câbles HDMI, DVI et DisplayPort sont inclus. On trouve également un câble audio, un transformateur externe assez compact et léger, un CD de pilotes et enfin un guide de démarrage rapide.

Image 1 : Acer XG270HU : que vaut FreeSync ?

Bien que l’on ne puisse pas parler d’écran sans bordures, le fait est que le XG270HU dispose d’un bezel quasiment invisible lorsque l’écran est éteint vu qu’il se limite à 8 mm sur les côtés et au sommet. La bande inférieure est par contre plus conséquente avec ses 24 mm de hauteur. Il faut s’attendre à de petites coupures dans l’image si l’on utilise deux ou trois XG270HU côte à côte, ce qui peut être corrigé via les pilotes de sa carte graphique. Pour revenir à la bande inférieure, nous avons lu plusieurs critiques se plaignant de sa couleur : on pourrait avoir l’impression qu’elle est rouge vif, alors qu’elle tire plutôt vers le cuivre et rend beaucoup mieux en réel que sur les photos.

L’écran s’assemble sur la base après avoir vissé un écrou sous cette dernière. L’ergonomie est limitée à la seule inclinaison (15 degrés vers l’arrière et 5 degrés vers le haut). Globalement, la qualité de fabrication est correcte même si l’on avait apprécié une plus grande rigidité de l’ensemble. Notons qu’avec 3,86 kg sur la balance, le XG270HU est très facilement transportable.

Le traitement antireflet propose une clarté moyenne : si l’on voit le grain en se collant sur l’écran, la lisibilité est bonne à distance normale (précisons que nous n’avons pas eu besoin de jouer sur l’échelonnement de la police d’écran pour cela).

Image 2 : Acer XG270HU : que vaut FreeSync ?

Les commandes se matérialisent par une série de touches orientées vers le bas,  situées sous l’angle inférieur droit du moniteur. Leur activation se fait correctement, tout en sachant que des petites icônes s’affichent à l’écran pour illustrer leurs fonctions lorsque l’on navigue dans l’interface. La seule chose qui soit visible de face est le symbole d’alimentation et sa petite LED bleue.

Bien qu’on ne puisse pas les distinguer sur cette photo, deux petits haut-parleurs protégés par des grilles se situent au niveau de la tranche inférieure. Vu leur orientation et leurs 2 Watts de puissances, ils sont suffisants pour relayer les sons de Windows et guère plus : l’achat d’enceintes ou d’un casque en complément est incontournable.

Image 3 : Acer XG270HU : que vaut FreeSync ?

Même en comptant la partie rebondie qui accueille la connectique, l’Acer XG270HU se limite à 4,1 cm d’épaisseur. La base n’est pas très volumineuse, ce qui est logique au regard du poids de l’écran. Comme évoqué plus tôt, aucun port USB n’est proposé.

Image 4 : Acer XG270HU : que vaut FreeSync ?

L’arrière de l’écran est protégé par une coque d’un seul tenant proposant un revêtement mat. Au-delà de la connectique orientée vers l’extérieur, on ne remarque que le logo de la marque : l’absence de grille d’aération peut surprendre, mais les tests ont montré que l’écran ne dégageait pas de chaleur excessive, principalement grâce à son alimentation externe. Précisons par ailleurs que le XG270HU n’est pas compatible VESA, ce qui force donc à utiliser exclusivement la base fournie.

Image 5 : Acer XG270HU : que vaut FreeSync ?

Les trois entrées vidéo proposées sont toutes numériques : DVI, DisplayPort et HDMI. Le port HDMI est compatible V2, ce qui veut dire qu’il peut gérer une définition de 2560×1440 à 60 Hz. Pour atteindre les 144 Hz, il faut passer en DVI ou en DisplayPort, tout en sachant que FreeSync fonctionne exclusivement en DisplayPort.

Sommaire :

  1. Introduction
  2. Emballage, ergonomie et accessoires
  3. Interface utilisateur et calibration
  4. Luminosité et contraste
  5. Échelle de gris et gamma
  6. Couleurs et gamut
  7. Angles de vue, uniformité, réactivité et input lag
  8. Conclusion