Accueil » Test » Acer XG270HU : que vaut FreeSync ? » Page 7

Acer XG270HU : que vaut FreeSync ?

1 : Introduction 2 : Emballage, ergonomie et accessoires 3 : Interface utilisateur et calibration 4 : Luminosité et contraste 5 : Échelle de gris et gamma 6 : Couleurs et gamut 8 : Conclusion

Angles de vue, uniformité, réactivité et input lag

Image 1 : Acer XG270HU : que vaut FreeSync ?

C’est bien souvent lorsque l’on mesure les angles de vue que l’on déplore le manque de dalles IPS sur les moniteurs orientés jeux : à l’exception d’un produit récent (l’Acer XB270HU), le TN est presque systématiquement utilisé compte tenu de sa réactivité. Ceci étant dit, la dalle AU Optronics utilisée ici permet à l’Acer XG270HU d’être l’un des meilleurs moniteurs TN passés au labo. Bien entendu, impossible de ne pas faire la différence avec une dalle IPS ou VA, mais le fait de voir toutes les étapes sombres au niveau des angles latéraux et inférieurs est suffisamment rare pour être souligné. Si la dérive des couleurs saute aux yeux, la perte de détails est très faible lorsque l’on se décale du centre de l’écran sur le plan horizontal. Le résultat est moins bon dans le sens vertical, mais on voit tout de même les étapes. L’Acer XG270HU rend donc le TN tout à fait acceptable.

Uniformité de l’écran : luminance

Image 2 : Acer XG270HU : que vaut FreeSync ?

Le résultat du test d’uniformité sur fond noir est décevant. Ceci est presque exclusivement dû à une zone claire au centre de l’écran, le reste étant beaucoup plus uniforme et sans fuites de lumières. Il faut donc faire avec cette zone claire qui n’est finalement pas gênante à l’usage.

Image 3 : Acer XG270HU : que vaut FreeSync ?

Sur fond blanc, le XG270HU se positionne au sommet du classement avec une dérive moyenne de 8,8 %. Aucune zone anormalement claire ou sombre n’est à déplorer.

Uniformité de l’écran : couleurs

Image 4 : Acer XG270HU : que vaut FreeSync ?

Si un moniteur affiche un Delta E supérieur à 3 sur ce test, cela signifie que l’on peut voir des zones légèrement colorées avec une mire à 80 % de blanc. Nous n’avons rien vu de tel à l’œil nu, contrairement à notre spectrophotomètre i1 Pro qui a principalement décelé des dérives le long de la bordure supérieure de l’écran.

Réactivité et input lag

Les tests qui suivent sont réalisés à l’aide d’une caméra filmant à 1000 i/s. L’analyse de la vidéo image par image nous permet de connaitre avec certitude le délai nécessaire pour qu’un moniteur passe d’une image complètement noire à une image complètement blanche. 

Les moniteurs 144 Hz nous empêchent d’utiliser notre générateur de mire Accupel sachant que ce dernier est limité à 6o Hz. En conséquence, nous avons relié le XG270HU à un PC muni qu’une Radeon R9 285 pour ensuite filmer le mouvement de souris qui génère le changement de mire. Cette méthode étant moins précise que le générateur, nous avons fait cinq mesures pour ensuite calculer une moyenne. Voici les résultats :

Image 5 : Acer XG270HU : que vaut FreeSync ?

Avec une dalle aussi réactive, l’absence de réduction du flou de mouvement sur le XG270HU n’est franchement pas dramatique. Comme on peut le voir ci-dessus, les moniteurs proposent des performances quasi identiques. De plus, FreeSync ne semble pas avoir d’influence sur le temps de réponse de la dalle (précisons que cette fonctionnalité a été activée pour l’ensemble des tests).

Voyons maintenant l’input lag :

Image 6 : Acer XG270HU : que vaut FreeSync ?

Le LG 24GM77 va probablement rester champion de l’input lag à moyen terme. Ceci étant dit, les 10 millisecondes supplémentaires que le XG270HU nécessite pour terminer la transition ne sont pas du tout rédhibitoires : d’un point de vue subjectif, les FPS compétitifs ne posent aucun problème sur cet écran. De plus, la fluidité permise par FreeSync rend le retour à un écran à fréquence fixe très difficile.

FreeSync

L’activation de FreeSync est on ne peut plus simple : il suffit de cocher une case au sein du Catalyst Control Center.

Image 7 : Acer XG270HU : que vaut FreeSync ?

FreeSync s’est avéré parfaitement fonctionnel sur l’ensemble des jeux que nous avons pu essayer. Pas de tearing à déplorer et pour ne rien gâcher, il s’est avéré possible de laisser la fréquence de rafraîchissement sur 144 Hz. Sachant que la plupart des moniteurs G-Sync plafonnent à 120 Hz (sauf à désactiver l’ajustement de la fréquence), FreeSync dispose là d’un argument pour peu que l’on ait une carte graphique capable de suivre.

Sommaire :

  1. Introduction
  2. Emballage, ergonomie et accessoires
  3. Interface utilisateur et calibration
  4. Luminosité et contraste
  5. Échelle de gris et gamma
  6. Couleurs et gamut
  7. Angles de vue, uniformité, réactivité et input lag
  8. Conclusion