Accueil » Dossier » Adobe Photoshop CS3

Adobe Photoshop CS3

1 : Introduction 2 : L'interface 3 : Notions importantes (calques et sélections) 4 : Notions importantes (masques) 5 : Les retouches classiques 6 : Les retouches classiques (suite) 7 : Les retouches classiques (suite) 9 : Quelques nouveautés 10 : Une retouche pas à pas 11 : Une retouche pas à pas (suite) 12 : Conclusion

Les retouches classiques (fin)

Le recadrage

Finies les retouches de couleurs, passons au recadrage. Il est possible que le cadrage d’une photo ne soit pas parfait dès la prise de vue. C’est notamment le cas avec les viseurs des reflex numériques grand public, qui n’affichent pas la totalité du cadre pris (95% environ, ce qui est assez pour avoir un élément gênant qui dépasse). C’est bien évidemment d’autant plus vrai avec les petits viseurs tunels des compacts.

Pour cela, plusieurs moyens sont encore possibles. Le plus logique étant bien évidemment l’outil « Recadrage » (Crop). Son fonctionnement est très simple, il suffit de tracer un rectangle, puis de valider. Attention, quelques outils, comme le recadrage ou le texte, nécessitent une validation. Elle est matérialisée par deux boutons en haut à droite de l’écran, pour valider ou annuler l’effet. Une pression sur « Echap » annule directement. En attendant cette validation, beaucoup d’opérations ne sont pas disponibles (menus grisés…).

Boutons de validation et annulation

Les options de l’outils changent lors qu’une zone est sélectionnée. Au départ, on peut choisir une taille et une résolution. En cliquant sur « Front Image », ces valeurs prennent les valeurs de l’image courante. Les pixels perdus pendant le recadrage seront compensés par une interpolation. Pour faire un recadrage sans interpolation, il suffit de ne pas indiquer de valeur de résolution. Le cadre gardera quand même les proportions de l’image d’origine.

Une fois le cadre tracé, les options changent, et on peut régler la couleur et l’opacité de la zone supprimée, ou alors de modifier la perspective. Cette option se révèle intéressante pour redresser une perspective un peu accentuée. Attention cependant à ne pas en abuser, puisque là encore des pixels qui n’existent pas sont crées. Dans l’exemple suivant, ces immeubles photographiés d’en bas, au grand angle ont une perspective exagérée, qu’il va être possible d’atténuer.

Image 1 : Adobe Photoshop CS3La perspective est atténuée

Le tampon de duplication et le correcteur

Acessibles respectivement par les raccourcis clavier « S » et « J », le tampon de duplication (Clone Stamp) et le correcteur (Healing Brush) permettent de dupliquer des portions d’image, en utilisant des brosses comme le pinceau. La différence principale entre les deux outils est que le tampon duplique sans tenir compte de l’environnement, tandis que le correcteur utilise la texture et la couleur des pixels environnants pour fondre la retouche.

Le tampon est généralement utilisé pour des retouches dans des environnement contrastés, où le tampon tenterait de mélanger les deux couleurs environnantes. Il suffit de choisir la zone à dupliquer en appuyant sur alt, puis de peindre.

Duplication avec le tampon

Le correcteur existe sous deux formes. L’une fonctionne de la même manière que le tampon, en définissant un point source avec alt, tandis que l’autre s’utilise comme un pinceau, le logiciel choisissant lui même la zone source. La méthode automatique donne généralement de bons résultats.

Effacement au correcteur

Une retouche classique est souvent le résultat des deux méthodes combinées. Le tampon pour dégrossir le travail, puis le correcteur pour fondre le résultat dans l’environnement.

Sommaire :

  1. Introduction
  2. L'interface
  3. Notions importantes (calques et sélections)
  4. Notions importantes (masques)
  5. Les retouches classiques
  6. Les retouches classiques (suite)
  7. Les retouches classiques (suite)
  8. Les retouches classiques (fin)
  9. Quelques nouveautés
  10. Une retouche pas à pas
  11. Une retouche pas à pas (suite)
  12. Conclusion