Accueil » Actualité » Adtron et son SSD de 160 Go

Adtron et son SSD de 160 Go

Image 1 : Adtron et son SSD de 160 Go
Le monde des SSD (Solid State Disk), ces supports entièrement en mémoire flash que certains annoncent comme étant les remplaçants des disques durs, est en constante évolution. Adtron, une société américaine, vient de présenter un modèle de 160 Go.

Les SSD Adtron, format 2,5 pouces

Les modèles Adtron sont au format 2,5 pouces, comme les disques durs des ordinateurs portables. Ils sont disponibles en IDE classique (connecteur 44 broches) ou en S-ATA. Adtron annonce des taux de transfert impressionnant : 70 Mo/sec en lecture et 60 Mo/sec en écriture pour la version IDE (le modèle S-ATA est moins rapide, respectivement 65 et 55 Mo/sec). Et contrairement aux disques durs, où le taux de transfert varie en fonction de la position sur le disque, avec les SSD il est constant sur tout le support. Il reste deux défauts : les capacités de plus de 32 Go nécessitent des boîtiers épais (jusque 22 mm), donc ils sont inutilisables dans un ordinateur portable classique (qui n’accepte souvent que les épaisseurs de 9,5 mm et parfois 12,5 mm) et le prix risque d’être très élevé (plusieurs milliers de dollars pour un SSD de 160 Go).

Les SSD, avantages et inconvénients

Les SSD ont beaucoup d’avantages : un taux de transfert constant, pas de pièces en mouvement, un fonctionnement sans aucun bruit, un temps d’accès très faible (en dessous de la milliseconde) et une consommation moins élevée qu’un disque dur. Par contre, il reste évidemment quelques défauts (hormis le prix) : le débit en écriture est plus faible qu’en lecture, et dans certains cas (quand on effectue des accès sur beaucoup de petits fichiers) les performances s’effondrent totalement.

La durée de vie des SSD

La durée de vie est aussi un point important, la mémoire flash NAND a le gros défaut de se détruire en fonctionnant (en écriture). On considère en général que la durée de vie d’une cellule est entre 100 000 et 1 million d’écritures. Pour résoudre le problème, les constructeurs utilisent des algorithmes de gestion de l’usure qui permettent de réduire l’usure d’une cellule en particulier, en déplaçant les données vers des cellules moins usées. De plus, tous les dispositifs utilisant de la mémoire flash ont une “réserve” de cellules non utilisées, qui servent de sécurité. Il faut bien comprendre aussi que la mémoire flash SLC (Single Level Cell), qui stocke un bit par cellule, est beaucoup plus résistante (de l’ordre de 10X) que la mémoire flash MLC (Multi Level Cell) utilisée par exemple dans les clés USB. Donc faire l’amalgame entre une clé USB et un SSD au niveau de la durée de vie est une erreur.