Accueil » Actualité » Allwinner A10 : quand la Chine fait du ARM

Allwinner A10 : quand la Chine fait du ARM

Image 1 : Allwinner A10 : quand la Chine fait du ARM

Dans le petit monde des SoC ARM, on connaît les puces d’Apple, Texas Instruments ou Samsung. Quand on s’intéresse un peu au sujet, on croise parfois les modèles de RockChip. Mais connaissez-vous le Allwinner A10 ? C’est pourtant un des moins chers des SoC ARM (7 $) et les performances sont très correctes.

Ce SoC ARM d’entrée de gamme — au niveau du prix — est pourtant complet : un CPU Cortex A8 à 1,2 GHz (un record), un GPU Mali-400 MPx (la société ne donne pas le nombre de cores) comme l’Exynos de Samsung et même un décodeur vidéo capable de décoder le H.264 jusqu’en 4K (2160p). L’USB 2.0, le SATA, l’Ethernet et même la prise en charge du HDMI sont de la partie. En comparaison, Texas Instruments propose un SoC basé sur le même CPU (à 500 MHz) pour 5 $, mais sans le GPU. Ingenic (société chinoise) propose un MIPS à 1 GHz (ce qui pose des problèmes de compatibilité) et le Cortex A9 le moins cher vaut 13 $, avec une fréquence limitée à 800 MHz.

La puce est peu onéreuse pour une raison : conçue en Chine, elle est aussi produite là-bas, ce qui permet de limiter fortement le prix. Elle est pour le moment utilisée dans des tablettes et des boîtiers de type STB (Set Top Box), ce qui semble indiquer que la puce consomme plus que la moyenne. Malgré tout, son prix est (très) intéressant. Enfin, point positif, les pilotes et les logiciels nécessaires pour faire fonctionner le SoC sont open source.

Actuellement, le SoC est livré sur une carte qui est similaire (physiquement) à une PC Card, mais des appareils intègrent déjà la puce directement.