Accueil » Actualité » Altice veut racheter Bouygues ; Numericable-SFR négocie avec Iliad

Altice veut racheter Bouygues ; Numericable-SFR négocie avec Iliad

Image 1 : Altice veut racheter Bouygues ; Numericable-SFR négocie avec IliadMartin Bouygues (à g.) et Patrick Drahi (à d.)

Le mercato des télécoms est relancé ! En 2014, il avait tourné autour du rachat de SFR, en 2015, la cible sera Bouygues Telecom. Mais comme l’an dernier le principal acteur est Altice, la holding dirigée par Patrick Drahi qui possède déjà Numericable-SFR. Altice vient de faire une offre de rachat sur Bouygues Telecom.

Le montant de l’offre serait de plus de 10 milliards d’euros, selon le Journal du Dimanche, ce qui pourrait suffire à convaincre Martin Bouygues. L’an passé, Bouygues et Iliad n’avaient pu se mettre d’accord, le groupe de Xavier Niel n’offrant que 5 milliards quand Bouygues en voulait 8. Les sociétés se refusent pour le moment à tout commentaire. Bouygues a simplement accusé réception de l’offre « non sollicitée » d’Altice qui sera examinée lors d’un conseil d’administration extraordinaire demain. Le groupe précise qu’aucune négociation n’est en cours pour le moment.

Une éventuelle fusion de Numericable-SFR et Bouygues Telecom poserait bien évidemment de nombreux problèmes à l’autorité de la concurrence et à l’ARCEP. Free mobile se verrait mis à mal, face à un concurrent doté d’un double réseau mobile et du double de fréquences. Altice en est évidemment conscient : Numericable-SFR et Iliad ont annoncé être entrés « en négociations exclusives pour l’achat d’un portefeuille d’actifs ».

Mais Altice n’aura pas que ses autorités à convaincre. Le ministre de l’Économie Emmanuel Macron a vivement critiqué l’éventualité d’une fusion« La consolidation n’est pas aujourd’hui souhaitable pour le secteur. L’emploi, l’investissement et le meilleur service aux consommateurs sont les priorités. Or les conséquences d’une consolidation sont à ces égards négatives, comme l’ont prouvé les cas récents en Europe ». Ironiquement, le précédent ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, militait en son temps pour un retour à trois opérateurs.