Accueil » Dossier » AMD – ATI fusionnent le CPU avec le GPU » Page 2

AMD – ATI fusionnent le CPU avec le GPU

1 : Introduction 3 : Le rachat et ses répercussions technologiques 4 : Le fusion : une idée nouvelle ? 5 : Le parallélisme sur un MPU 6 : Interview avec Bob Dredin, Directeur Technique ATI PC 7 : Interview : Le futur des produits ATI et les produits futurs 8 : Conclusion

Le rachat et ses répercussions économiques

AMD vient d’annoncer ce mercredi qu’il avait signé l’acquisition d’ATI. L’achat est donc finalisé. Comme nous vous l’annoncions dans nos colonnes, le 24 juillet AMD faisait l’acquisition d’ATI. Cette transaction était néanmoins soumise à l’approbation des juges et des actionnaires.

Au mois de septembre, les autorités de régulation canadiennes, américaines et allemandes donnaient leurs accords (cf. « Le rachat d’ATI par AMD passe une étape. Au mois d’octobre, c’est la justice qui se prononce. « Le canada approuva le rachat d’ATI par AMD », tout comme Taïwan (cf. « Rachat d’ATI : aval des autorités taïwanaises ». La semaine dernière, c’était au tour des actionnaires de donner leur feu vert (cf. » Rachat d’ATI par AMD : feu vert des actionnaires ». Il ne restait plus qu’à signer les papiers. C’est aujourd’hui chose faite.

Les modalités de la transaction

À titre d’information, sachez que les modalités de la transaction ont changé et que ce n’est plus 4,2 milliards, mais 4,3 milliards qui seront déboursés par AMD. Ce ne sont plus 57 millions, mais 58 millions d’actions qui seront distribuées pour une valeur totale de 1,18 milliard de dollars. La transaction s’élève donc à 5,48 milliards de dollars et 2,5 milliards seront financés par un emprunt réalisé par AMD auprès de Morgan Stanley.

Si un actionnaire ATI a choisi de recevoir du cash, il aura le droit de réclamer, pour chaque action qu’il détenait, 18,59 $ par action et 0,1245 d’une action AMD. Si l’actionnaire préfère recevoir des actions, chaque titre ATI lui rapportera 0,9596 d’une action AMD. Si jamais aucun choix n’a été spécifié, c’est automatiquement la seconde option qui sera enclenchée.

Licenciements

Contrairement à ce qui a pu se dire, Phil Hester a annoncé hier qu’il n’avait pas entendu parler de licenciement. Selon lui, les deux équipes seront suffisamment indépendantes pour que les employés ne soient pas limogés. Cela vient corroborer ce qui avait été dit lors de la conférence téléphonique de juillet dernier. AMD avait, à l’époque, annoncé qu’il y aurait des économies qui pourraient être faites de l’ordre de 75 millions de dollars en 2007 et 125 millions en 2008. Par contre, contrairement à ce que l’on a pu entendre, ATI ne compte pas produire ses chips chez AMD avant un bon bout de temps. ATI nous a confié que les procédés de fabrication étaient loin d’être prêts et qu’AMD était satisfait d’avoir des possibilités de fabrication en dehors de ces usines.

ATI passe au vert

La première répercussion visible fut la transformation du site Internet d’ATI qui fut absorbé dans celui d’AMD de par le design et le nom de domaine ati.amd.com. Si le contenu du site est strictement le même, il est clairement plus vert, comme nous vous le faisions savoir dans notre actualité « Le site d’ATI change de look. On notera tout de même qu’au début le site ATI au couleur AMD mettait toujours en avant comme plateforme de choix un ordinateur équipé d’une carte mère Intel D975XBX et un processeur Core 2 Duo. Depuis cela a changé, mais vous pouvez voir les screenshot que vous avons pris. Cela montre, en tout les cas, qu’ATI n’est plus considéré comme une entité, même si la marque reste puisque des produits estampillés ATI Radeon devraient toujours être commercialisés.

Sommaire :

  1. Introduction
  2. Le rachat et ses répercussions économiques
  3. Le rachat et ses répercussions technologiques
  4. Le fusion : une idée nouvelle ?
  5. Le parallélisme sur un MPU
  6. Interview avec Bob Dredin, Directeur Technique ATI PC
  7. Interview : Le futur des produits ATI et les produits futurs
  8. Conclusion