Accueil » Actualité » AMD aurait de gros problèmes avec GlobalFoundries

AMD aurait de gros problèmes avec GlobalFoundries

Image 1 : AMD aurait de gros problèmes avec GlobalFoundriesAMD aurait de gros problèmes de relations avec GlobalFoundries qui menacerait la sortie des processeurs en 28 nm de la firme. AMD serait obligé de passer par TSMC et repenser tous les designs de ses prochaines puces à en croire les rumeurs.

Des tensions importantes

Les informations rapportées par ExtremeTech sont pour le moins alarmante. Il ne nous a pas été possible de les confirmer, mais si elles sont avérées, les relations entre AMD et GlobalFoundries pourraient mettre le père des Athlon dans une position très délicate.

Les tensions entre les deux acteurs sont connues. D’un côté, GlobalFoundries a des rendements décevants. De l’autre côté, la nouvelle architecture Bulldozer représente une grande déception qui a engendré des coûts de développements importants des deux côtés pour un résultat médiocre (cf. « Test AMD Bulldozer : FX–8150 »). En juin dernier (cf. « Des remaniements chez Globalfoundries »), le comité de direction a renvoyé son P.D.G, Doug Grose, un ancien directeur d’AMD, et le géant vert ne détient plus que 9,6 % de parts chez le fondeur, ce qui signifie qu’il n’a plus le droit de désigner un représentant au sein du comité de direction. Enfin, en 2009, GlobalFoundries a cherché à fabriquer les GPU de la firme. Nous sommes en 2011 et AMD continue de faire exclusivement appel à TSMC pour ses processeurs graphiques. Pour mémoire, GlobalFoundries est une compagnie qui a été créée lorsque le groupe d’investissement ATIC d’Abu Dabi a racheté les usines du fabricant de processeurs. Les deux entreprises étaient naturellement proches au début de leur histoire, mais avec le temps, elles semblent prendre de plus en plus de distance.

Image 2 : AMD aurait de gros problèmes avec GlobalFoundriesDe la nécessité de travailler ensemble

Il convient néanmoins de prendre les rumeurs de leur séparation avec de grandes pincettes, principalement que les deux entreprises dépendent beaucoup l’une de l’autre. GlobalFoundries fabrique principalement des puces AMD. Elles représentent le plus gros de son activité. Il a des partenariats avec d’autres sociétés, mais personne n’arrive pas à la cheville du géant vert. De son côté, le passage des processeurs AMD chez TSMC représenterait une tâche herculéenne qui, si elle a lieu, affectera sans aucun doute le catalogue de la société. En effet, GlobalFoundries est un adepte du gate first. Ce processus de fabrication installe l’électrode métallique de la grille du transistor avant le couple source-drain. Or TSMC utilise le gate last qui inverse la procédure. Il est aujourd’hui reconnu que cette solution offre de meilleurs rendements et tous les acteurs de l’industrie ont annoncé l’adopter pour le 20 nm (cf. « Gate first : le Fab Club entier retourne sa veste »).

En attendant, passer les processeurs d’AMD de GlobalFoundries à TSMC signifie passer d’une chaîne gate first à une chaîne gate last, ce qui obligerait le fabricant à complètement repenser ses designs. Selon ExtremeTech, cela signifierait qu’AMD devrait annuler les Krishna et Wichita, les processeurs 28 nm censés sortir en 2012. Encore une fois, ces rumeurs sont à prendre avec des pincettes. AMD présentera ses plans pour l’avenir en février 2012 lors de son Analyst Day qui devrait infirmer ou confirmer ces bruits. En attendant, il est clair que les deux sociétés passent par une situation difficile qui leur coûte cher alors que le reste de l’industrie se concentre sur le marché des tablettes, terminaux mobiles et des ultraportables ultrafins, des secteurs où ils sont cruellement absents.

  • AMD : quelques détails sur les APU Wichita et Krishna