Accueil » Dossier » AMD : du progrès dans la gestion de la 2D » Page 3

AMD : du progrès dans la gestion de la 2D

1 : Introduction 2 : Configuration de test 4 : Le « paradoxe du Gestionnaire de tâches » 5 : La solution est plus proche qu’on ne le pense 6 : Conclusion

Détail des performances et nouvelles questions

Examinons de plus près les hausses de performances qu’apportent les nouveaux pilotes. Nous avons choisi de présenter les résultats sous la forme de pourcentages : les valeurs numériques varient en effet fortement d’une configuration à l’autre, mais les écarts relatifs devraient être plutôt constants. Nous utilisons la Radeon HD 5870 avec les pilotes Catalyst 9.12 (configuration utilisée dans nos articles précédents) comme valeur de référence.

Texte

Image 1 : AMD : du progrès dans la gestion de la 2D

Comme nous nous y attendions, on ne note pratiquement aucune différence entre les cartes et les pilotes en matière de rendu de texte. Aucune importance : cet élément n’a jamais constitué un problème dans nos premiers articles ; les performances enregistrées sont très élevées. En y regardant de très près, on remarque encore une légère amélioration de celle-ci, mais elle est trop minime pour que l’utilisateur lambda la ressente réellement.

Passons aux autres tests, qui s’annoncent nettement plus intéressants.

Lignes

Image 2 : AMD : du progrès dans la gestion de la 2D

Le rendu de ligne était l’un des problèmes soulignés dans nos précédents articles. Les nouveaux pilotes apportent toutefois une belle hausse de performances, suffisante en tout cas pour garantir une certaine fluidité en 2D. La GeForce GTX 285 est un peu plus rapide que la Radeon HD 5870, mais l’écart n’est pas assez important pour qu’on puisse le remarquer en conditions réelles.

On note avec intérêt les résultats de la GeForce GTX 480, qui semblent suggérer que les pilotes de Nvidia ne sont pas encore totalement optimisés et qu’il y a encore des possibilités d’amélioration.

Polygones

Image 3 : AMD : du progrès dans la gestion de la 2D

En matière de rendu de polygones, on voit que les performances n’ont guère évolué : à l’exception de la GeForce GTX 480, les écarts entre les cartes et les différentes versions des pilotes sont marginaux. Le manque de performances en tracé de polygones est un réel problème, du moins pour certains utilisateurs. Bien qu’il n’affecte qu’un nombre restreint d’applications, les valeurs mesurées sont bien trop faibles en regard du potentiel exceptionnel des cartes récentes ; surtout quand on sait que, dans certaines circonstances, la Radeon HD 5870 affiche une hausse de performances de 250 % lorsque le Gestionnaire de tâches est ouvert, un paradoxe dont nous discuterons plus en détails à la page suivante.

Ellipses

Image 4 : AMD : du progrès dans la gestion de la 2D

La question du rendu des ellipses peut maintenant être considérée comme résolue, les pilotes ATI affichant maintenant une vitesse acceptable dans ce domaine.

Blitting

Image 5 : AMD : du progrès dans la gestion de la 2D

En matière de blitting, les derniers pilotes affichent maintenant des performances comparables à celles enregistrées en rendu ou en étirement de rectangles. Les écarts sont minimes et les résultats indiquent des performances correctes.

Conclusion provisoire

Il semble qu’ATI ait bien fait ses devoir. À l’exception du rendu des polygones, les performances en 2D des cartes du fabricant ne devraient plus limiter votre productivité, même s’il reste encore de nombreuses possibilités d’optimisation.

Notons toutefois que ces possibilités sont quelque peu limitées par certaines fonctions de sécurité de Windows 7, qui affectent les deux fabricants de cartes graphiques de la même manière. Vous trouverez en page suivante plus d’infos sur ce sujet ainsi que sur la relation entre celui-ci et le « paradoxe » que nous avons déjà mentionné.

Sommaire :

  1. Introduction
  2. Configuration de test
  3. Détail des performances et nouvelles questions
  4. Le « paradoxe du Gestionnaire de tâches »
  5. La solution est plus proche qu’on ne le pense
  6. Conclusion