Accueil » Dossier » AMD : l’interview vérité

AMD : l’interview vérité

2 : Suite

Interview

Présence PC a pu rencontrer Gui S. Luden, Marketing Manager au Boston Design Center. L’occasion pour nous de lui poser toutes les questions qui nous pendaient aux lèvres !

Q : Depuis longtemps, vous avez cherché à rendre vos processeurs compatibles avec certaines « fonctions » des processeurs Intel, je pense notamment au SSE1, et plus récemment, au SSE2 (Athlon 64). Quels sont vos projets en ce qui concerne l’HyperThreading et les prochaines instructions (SSE3 ?) à venir sur le Pentium 4 Prescott ?

R : En ce qui concerne l’HyperThreading, nous n’avons pas pour plan de l’intégrer à court terme. Cette technologie reste trop chère à implémenter et n’a pas de marché. L’intérêt est faible, car il faudrait que les développeurs ré-écrivent leur code pour l’optimiser. A plus long terme, nous ferons comme nous avons toujours fait : nous verrons si le marché s’y prête et nous agirons en conséquence.
[-> A noter qu’Intel tient exactement le même discours à propos du 64 bits… A chacun ses choix mais dans un cas comme dans l’autre, les deux fondeurs utilisent la même excuse.]
Pour les jeux d’instructions, il faut comprendre comment nous fonctionnons. Nous n’avons pas spécialement l’intention de suivre Intel, mais bien celui de suivre les standards du marché. Lorsque le jeu d’instructions SSE est devenu un standard, alors nous l’avons intégré. Nous ferons de même pour les instructions « SSE3 ».

Q : Pour exploiter les processeurs 64 bits, il faut, premièrement, un système d’exploitation. Pour le moment hormis Linux et bientôt un Windows XP 64 bits (plus cher que le « standard » ?), il n’y a pas grand chose. Deuxièmement. Si pour un serveur l’intérêt est tout à fait légitime, nous pouvons mettre en doute son intérêt pour l’utilisateur final avec son ordinateur de bureau. Qu’en pensez-vous ?

R : A court terme, l’intérêt est plutôt faible. Cependant il s’agit de l’évolution naturelle du marché, et cette technologie deviendra de plus en plus intéressante, voir incontournale. De plus, les intérêts existent déjà, je pense notamment à la vidéo-numérique, aux systèmes de cryptage ou encore la reconnaissance vocale. Dans le futur, les jeux pourront également être optimisés 64 bits. De plus notre Athlon 64 et bien sûr l’Opteron sont tout à fait compatibles 32 bits.

Q : Avez-vous un exemple de jeu concret qui serait optimisé pour le 64 bits ?

R : Oui, je pense notamment à une version d’Unreal Tournament 2003 64 bits, actuellement en développement.

Q : Et Doom 3, que l’on dit en avance sur son temps ?

R : A ma connaissance, il n’est actuellement pas prévu de sortie de Doom 3 en 64 bits.

Q : L’Opteron, version serveur de l’Athlon 64 et donc designé autour de la même architecture, devrait être officialisé le 22 avril. Pourquoi attendre si longtemps pour la sortie en septembre de l’Athlon 64 si votre architecture est déjà prête ?

R : C’est trop tôt, le marché n’est pas encore prêt à recevoir un tel processeur. Même chose pour nos partenaires et les fabricants, ils ne sont pas encore totalement prêts. Nous attendons le feu vert des OEM.

Q : Jusqu’à la sortie de l’Athlon 64, c’est l’Athlon XP « Barton » qui s’occupe du haut de gamme. Jusqu’à quel « PR-Rating » comptez-vous le faire évoluer cette année ?

R : Un Athlon XP « Barton » 3200+ est prévu pour le milieu de l’année.

Q : Rien en fin d’année ?

R : Non, nous préférerons alors nous concentrer sur l’Athlon 64.

Q : N’est-ce pas aussi parce que vous avez peur que l’Athlon XP concurrence l’Athlon 64 ?

R : Non, pas du tout.

Q : Donc pour l’Athlon XP, il atteindra le 3200+ cette année. Mais pour l’année voir les années suivantes, lorsque il devra s’occuper de l’entrée de gamme, jusqu’à quel PR-Rating comptez-vous le faire évoluer ?

R : Je ne peux pas répondre à cette question. Comprenez qu’il y a des cartes que nous ne préférons pas dévoiler maintenant !

Sommaire :

  1. Interview
  2. Suite