Accueil » Test » AMD Radeon R9 280X, R9 270X et R7 260X : quoi de neuf ? » Page 5

AMD Radeon R9 280X, R9 270X et R7 260X : quoi de neuf ?

1 : Introduction 2 : R9 280X : du Tahiti renommé 3 : R9 270X : du Pitcairn légèrement boosté 4 : R7 260X : du Bonaire avec TrueAudio 6 : Gestion du multi-écrans 7 : Configuration de test et benchmarks 8 : Arma III 9 : Battlefield 3 10 : BioShock Infinite 11 : Crysis 3 12 : Grid 2 13 : The Elder Scrolls V: Skyrim 14 : Tomb Raider 15 : CAO : AutoCAD 2013 et Inventor 2013 16 : OpenGL : Maya 2013 et LightWave 17 : OpenCL : Bitmining, OpenCL et RatGPU 18 : Consommation 19 : Fréquences et températures 20 : Vitesse des ventilateurs et nuisances sonores 21 : Conclusion

TrueAudio : accélération matérielle du traitement sonore

Si vous avez suivi le webcast d’AMD, vous avez immanquablement entendu parler de TrueAudio ; la firme a tellement parlé de cette fonctionnalité qu’on aurait pu croire que le lancement lui était consacré.

Nous avons pu écouter plusieurs démos en 7.1 lors de la conférence, mais les configurations de ce type n’étant pas légion en dehors des installations home cinéma, il y a peu de chances pour que quiconque d’autre en ait réellement profité : après tout, la plupart des internautes regardant le webcast via Livestream étaient plus probablement équipés d’enceintes stéréo voire d’une simple casque.

Si vous étiez présent à la fin des années 1990, vous avez peut-être entendu parler d’Aureal ou de Sensaura, deux sociétés rachetées par Creative, et vous savez que les fonctions de transfert utilisées pour générer une illusion de son 3D en stéréo n’ont rien de nouveau. Le but de la technologie TrueAudio est de faciliter la création d’effets sonores plus complexes tout en déchargeant le CPU. Les fonctions de transfert précitées nécessitent en effet des calculs relativement importants : d’après AMD, l’audio peut représenter jusqu’à 10 % de l’utilisation du processeur, ce qui limite d’autant le « budget » dont peuvent disposer les développeurs pour le reste. Avec TrueAudio, AMD souhaite garantir la disponibilité de ressources de traitement spécifiquement dédiées au son, et ce, que que soit le CPU installé.

Image 1 : AMD Radeon R9 280X, R9 270X et R7 260X : quoi de neuf ?

Pour ce faire, la firme a intégré à certains de ses GPU des cores de DSP Tensilica HiFi EP. Le GPU Curacoa de la R7 260X en compte deux ; les R9 290 et 290X en compteront trois. Ces DSP emploient le jeu d’instructions Tensilica Xtensa, qui prend aussi bien en charge les calculs en virgule fixe que flottante ; d’après AMD, les deux sont utiles dans les jeux et les applications. Les DSP étant intrinsèquement programmables, on peut leur envoyer ce que l’on veut pour autant que l’on ait un décodeur. À en croire les dires de la firme, les éditeurs de logiciels audio professionnels semblent intéressés et ont hâte de voir ce qu’il serait possible de faire avec du matériel dédié.

En raison de la nature instantanée du son dans les jeux, il est indispensable de disposer d’un accès rapide à la mémoire et aux cycles de calcul, même si les cores eux-mêmes n’ont pas besoin d’être particulièrement puissants ; c’est pour cette raison que chaque core du DSP comprend 32 Ko de cache (données et instructions) ainsi que 8 Ko de mémoire de travail (scratch). Une interface de routage rapide relie les DSP à une mémoire interne de 384 Ko organisée en banques de 8 Ko. Ces ressources locales sont alimentées par un moteur DMA multi-canal assez rapide pour ne pas laisser de répit aux cores ; et si elles ne suffisent pas, une portion de 64 Mo de la mémoire de la carte est adressable via un bus à faible latence partagé avec le pipeline d’affichage.

Image 2 : AMD Radeon R9 280X, R9 270X et R7 260X : quoi de neuf ?

Bien entendu, après avoir assisté à la présentation du TrueAudio, nous nous sommes immédiatement demandés si les développeurs, déjà systématiquement à court de temps et d’argent lorsqu’ils conçoivent leurs jeux, auraient la volonté de consacrer une partie de leurs ressources au son alors qu’ils ont tant à faire avec les graphismes, la physique et l’IA ? AMD semble toutefois penser que la technologie n’aura que peu d’incidence côté développeurs et éditeurs : en effet, la majorité d’entre eux gèrent le son via un middleware. Ce sont donc les éditeurs de ces logiciels intermédiaires qu’il convient de convaincre d’adopter le TrueAudio. À partir du moment où des produits comme Audiokinetic et Firelight FMOD le prendront en charge, il sera beaucoup plus simple pour les développeurs de l’utiliser. La technologie fonctionne en arrière-plan et transmet ses résultats à un codec, ce qui signifie qu’elle est compatible avec tous les formats de sortie.

Dans l’immédiat, on peut toutefois se demander quel est l’intérêt d’une technologie qui n’est disponible que dans trois produits, dont deux ne sont même pas encore commercialisés. Ce à quoi les représentants d’AMD répliquent qu’il faut bien commencer quelque part et qu’il s’agit simplement d’un premier lancement. Nous aurions tendance à ajouter que les cartes graphiques haut de gamme, a priori destinées aux ordinateurs plus puissants, ont moins besoin de l’accélération matérielle du traitement audio que les cartes d’entrée de gamme. Au final, on peut entrevoir la direction que prend AMD avec le TrueAudio : attendez-vous à voir cette technologie débarquer au sein des GPU mobiles et APU de la marque, qui sont moins puissants et pourraient même bénéficier de l’accélération de l’audio en termes d’autonomie.

Sommaire :

  1. Introduction
  2. R9 280X : du Tahiti renommé
  3. R9 270X : du Pitcairn légèrement boosté
  4. R7 260X : du Bonaire avec TrueAudio
  5. TrueAudio : accélération matérielle du traitement sonore
  6. Gestion du multi-écrans
  7. Configuration de test et benchmarks
  8. Arma III
  9. Battlefield 3
  10. BioShock Infinite
  11. Crysis 3
  12. Grid 2
  13. The Elder Scrolls V: Skyrim
  14. Tomb Raider
  15. CAO : AutoCAD 2013 et Inventor 2013
  16. OpenGL : Maya 2013 et LightWave
  17. OpenCL : Bitmining, OpenCL et RatGPU
  18. Consommation
  19. Fréquences et températures
  20. Vitesse des ventilateurs et nuisances sonores
  21. Conclusion