Accueil » Actualité » Apple iAd Producer concurrence-t-il le flash ?

Apple iAd Producer concurrence-t-il le flash ?

Image 1 : Apple iAd Producer concurrence-t-il le flash ?

Apple vient de publier un kit de développement, l’iAd Producer, simplifiant l’écriture des publicités écrites en HTML 5 et JavaScript.

Faciliter la création de publicité iAd

Le kit tourne sur Mac OS X et est disponible gratuitement aux membres du Developer Program pour iOS. Il inclut des modèles, un éditeur d’images, des composants préécrits afin d’avoir à éviter à taper du code pour intégrer les interfaces basiques, des effets prédéfinis et un gestionnaire regroupant toutes ses images, ses films et ses polices de caractères SVG. Les développeurs plus avancés pourront aussi profiter d’un éditeur et debuggeur JavaScript ainsi qu’un outil d’optimisation du code. Les clients iAd pourront même tester leurs pages sur le réseau de télécommunication de leur opérateur depuis les serveurs d’Apple.

L’obsession de 2010

Il est clair qu’iAd Producer est là pour inciter les annonceurs a utiliser la plateforme d’Apple. La question qu’ont posée certains confrères était de savoir s’il vient concurrencer le Flash et selon nous, la réponse est négative. En effet, les outils de développement pour la plateforme d’Adobe ont une portée beaucoup large que la publicité sur mobile ou même sur le web. Avec iAd Producer, il n’est pas question de concevoir des applications destinées à tourner sur plusieurs OS ou changer la façon dont nous concevons des pages web. De plus, il n’y a pas de concurrence sur iOS qui ne permet pas de Flash.

La lutte entre Steve Jobs qui soutient le HTML 5 contre Adobe et son Flash fut si violente cette année qu’il est facile de tomber dans l’obsession et interpréter chacun de leurs gestes comme un coup de plus dans cette guerre sans fin. Or en l’espèce, nous pensons que Cupertino a simplement voulu inciter les annonceurs à le suivre en réduisant les coûts liés aux développements des publicités. Évidemment qu’iAd utilise le HTML 5, le Flash n’étant pas pris en charge par iOS. Néanmoins, il est permis pour une fois de penser qu’Apple ne respire pas au rythme de sa soi-disant haine pour Adobe.