Accueil » Actualité » ARM N1 et E1 : des CPU pour serveurs et infrastructures réseau

ARM N1 et E1 : des CPU pour serveurs et infrastructures réseau

Objectif de 30 % de performances en plus à chaque génération.

En octobre dernier, Arm nous teasait son programme Neoverse. La société a récemment détaillé ses deux premières puces Neoverse N1 (Ares) et Neoverse E1. Le N1 est un processeur pour serveurs, tandis que le E1 se destine aux appareils et équipements 5G.

À lire aussi : Intel (ab)use de la 5G pour promouvoir ses Xeon D Hewitt Lake

Promesses tenues ?

Le Neoverse N1, et la plateforme du même nom, est la première puce ARM dédiée au marché des serveurs. Conçue par l’équipe d’Austin et gravée en 7nm, elle reprend les base de l’architure Cortex-A76 (Enyo).

Le design de référence du N1 utilise 64 cœurs, mais il peut être réduit à 8 cœurs. La société s’attend à ce que la plupart des conceptions de systèmes comportent entre 64 et 96 cœurs avec une mémoire RAM DDR4 à 8 canaux ou 96 et 128 cœurs avec une RAM DDR5 à 8 canaux. Tout ceci, avec un TDP inférieur à 200 W.

En ce qui concerne la puce Neoverse E1, dérivée du Cortex-A65AE, elle promet des performances 2,7 fois supérieures au processeur Cortex-A53, selon ARM. Il s’agit du premier design du constructeur à utiliser du
SMT (Simultaneous Multithreading) afin de diminuer les conséquences des défauts de cache, fréquents lors du traitement de données. L’entreprise indique sa puce Neoverse E1 et idéale pour les points d’accès sans fil alimentés en PoE ou les appareils 5G à faible consommation.

Un dossier complet est disponible chez AnandTech.