Accueil » Actualité » ARM – qui fait quoi : Samsung (8)

ARM – qui fait quoi : Samsung (8)

Image 1 : ARM - qui fait quoi : Samsung (8)

Samsung est un spécialiste des SoC ARM. La société équipe en effet une partie de ses téléphones avec ses propres puces (le Hummingbird est assez réputé) mais elle équipe aussi les téléphones d’Apple depuis le début.

Les SoC Samsung habituels sont le S5L8900, le APL0298C05 et le S5PC111, même si l’Apple A4 est aussi considéré par certains comme un produit Samsung, étant donné que la firme coréenne a travaillé avec Apple pour sa conception. Le premier a été utilisé dans les premières générations d’iPhone, le second dans l’iPhone 3GS? le dernier dans la tablette Galaxy Tab et les smartphones Nexus et Galaxy S.

Le S5L8900 : CPU et GPU

Le S5L8900 est le SoC qui équipe les premières générations d’iPhone et d’iPod touch. Gravé en 90 nm dans l’iPhone, l’iPhone 3G et l’iPod touch 1G, il est cadencé à 412 MHz. Dans l’iPod touch 2G, il est gravé en 65 nm et atteint 533 MHz. Cette puce est dotée d’un CPU ARM11 assez classique (d’origine ARM, un ARM1176), d’un GPU PowerVR MBX Lite capable de calculer 3,4 millions de traînages/s et doté d’un fillrate de 270 Mégapixels/s et d’une puce de décodage basique pour la vidéo.

APL0298C05 et S5PC111 « Hummingbird » : le CPU

Pour le CPU, les deux SoC partagent la même puce : un Cortex A8. C’est un core en architecture ARMv7, doté d’un pipeline de 13 étages et qui gère les instructions de façon séquentielle (In Order). La FPU est assez moyenne (celle du Cortex A9 est plus efficace) mais la majorité des implémentations — dont celles de Samsung — intègrent le jeu d’instructions SIMD Neon. Le premier SoC utilise un Cortex A8 à 600 MHz, le second atteint 1 GHz.

APL0298C05 et S5PC111 « Hummingbird » : le GPU

Samsung utilise la même partie graphique dans ses deux puces : un GPU PowerVR SGX. L’APL0298C05 est basé sur un SGX535, l’Hummingbird sur un SGX540, plus rapide. Les deux puces sont basées sur la même architecture, mais la SGX540 est plus rapide : on passe de deux à quatre unités USSE mais on garde deux pipelines de rendu. La puissance évolue en conséquence : 20 millions de triangles/s et 1 gigapixels/s en fillrate, contre 14 millions de triangles/s et (toujours) 1 gigapixels/s en SGX535. la puce est aidée par un VXD37x de chez Imagination Technologie pour le décodage de la vidéo, une puce capable de décoder du 1080p en H.264.

I/O et production

Samsung a ses propres usines et est capable de graver avec les technologies actuelles. Si l’APL0298C05 est gravé en 65 nm — ce qui explique la fréquence de seulement 600 MHz —, l’Hummingbird est gravé en 45 nm. Les E/Ssont assez classiques, avec gestion de l’USB, de la mémoire flash, etc. Pour la bande passante mémoire, le premier SoC travaille en 32 bits sur un seul canal, l’Hummingbird travaille sur deux canaux, soit un équivalent 64 bits, ce qui améliore un peu les performances.

Le futur

Le futur chez Samsung, c’est OrionExynos, un SoC doté de deux cores à 1 GHz, a priori du Cortex A9. Il n’y a pas beaucoup d’informations sur cette puce.