Accueil » Actualité » ARM va proposer la technologie 32 nm

ARM va proposer la technologie 32 nm


ARM, société essentiellement connues pour ses processeurs et son architecture (utilisées dans la majorité des appareils nomades), va propose une technologie de gravure en 32 nanomètres (actuellement, on commence à utiliser le 45 nm).

Un investissement élevé

ARM propose sa technologie sous licence à d’autres constructeurs, pour pouvoir proposer rapidement des systèmes dans une finesse de gravure donnée. ARM va lutter contre TSMC, qui propose aussi sa technologie à d’autres constructeurs, mais la société anglaise à l’avantage de la compatibilité : on peut utiliser les technologies ARM chez plusieurs fondeurs, alors que TSMC limite son offre à ses propres usines. Il faut bien comprendre que la gravure elle-même est différente de la conception des puces, et que ARM vend une technologie qui permet de créer la puce, mais ne la grave pas : TSMC, UMC (ou d’autres) sont donc toujours indispensables. Le principal problème de ce type de licence, c’est le coût initial : on estime à 75 millions de dollars le développement de la technologie pour le 32 nm (contre moins de 50 millions pour le 45 nm), et rentabiliser cette recherche devient donc difficile.

Un principe a priori efficace

Au final, il n’est pas certain que ARM s’y retrouve avec cette technologie, mais la société a au moins le mérite de proposer un moyen d’accéder plus facilement aux meilleures solutions de gravures. Et le système de licences de la firme a bien fonctionné avec les processeurs, ce qui montre que le principe est valable à la base.