Google doit revoir sa défense face à Oracle

Google et Oracle se livrent depuis le début de l'année une bataille juridique, le second accusant le premier d'exploiter dans Android des technologies Java sans licence. La ligne de défense adoptée par Google jusqu'à maintenant n'est pas de contester l'utilisation des technologies Java mais de prétendre n'avoir pas violer des brevets Oracle volontairement. Une ligne mise à mal par plusieurs documents.

Le juge William Alsup en charge de l'affaire a exhibé plusieurs email prouvant que Google était conscient de la nécessité de négocier une licence d'utilisation auprès d'Oracle. Dans un message adressé en 2010 à Andy Rubin, vice président de Google en charge du développement d'Android, Tim Lindholm, ingénieur Java précédemment employé par Sun, explique : «La tâche qui nous a été confiée (par Larry et Sergey) est d'étudier les alternatives techniques à Java pour Android et Chrome. Nous en avons passé un paquet en revue, et nous pensons qu'elles sont toutes nulles. Nous en concluons que nous devons négocier une licence pour Java selon les termes dont nous avons besoin. » Le juge Alsup a clairement donné son avis aux avocats d'Oracle : « C'est vraiment un bon document pour vous. »

Posez une question dans la catégorie Les news : vos réactions du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
13 commentaires
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire
  • Anonyme
    Google pourrait frapper très fort en développant sa propre machine virtuelle, difficile sur le court terme mais sur le long terme cela signerait la fin de java et Google n'aurait plus que c# comme concurant, si microsoft à reussi google peut le faire et aura l'avantage du multiplateforme que Microsoft n'a pas pu saisir avec c#.
  • Anonyme
    C'est dingue comment certains sites se permettent de faire du parti pris en ne citant qu'une partie de l'audiance.

    Allez faire un tour ici : http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-sun-avait-propose-une-licence-java-a-google-contre-100-millions-de-dollars-34264.html

    A l'opposé, le juge a juger " Il n'y a rien là-dedans, mais seulement un gars payé 700 dollars de l'heure qui arrive avec une estimation de 6 milliards de dollars.", l'ancien patron de Sun a comparu pour dire que Google ne violait pas les brevets Java....bref. Et au moment de la création d'Android, Sun avait envisagé de ceder des droits (si Android avait fondé sur une vrais JVM), pour un montant de 100 millions, sans redevance. Bien loin des estimations idiotes d'Oracle. Moi je vois plutôt un avantage Google ici....j'attend toujours de voir ce que Oracle va pouvoir y faire!!