Le Hardware Open Source

Le hardware open-source : où en est-on ?

L'état des lieux

Il existe de nombreux sites Web proposant diverses ressources pour le Hardware libre.

Opencores est à l'évidence le plus célèbre d'entre eux, il propose en téléchargement un nombre impressionnant de composants libres.

On y trouve de tout ! Des CPUs, des modules de DSP, des contrôleurs mémoires, des contrôleurs d'interface externes (USB, PS2, etc...), des contrôleurs de bus internes (PCI, ISA). Bref tout pour faire un PC complet sur un seul et unique FPGA. Après tout pourquoi pas? Les plus gros FPGA disposent aujourd'hui de 8 millions de portes, et l'intérêt croissant pour ces composants laissent présager que la recherche dans ce domaine va continuer.

Opencores est aussi un des acteurs majeurs du monde du Hardware libre dans le sens où il fait la promotion de nombreuses normes open-sources comme la norme Wishbone qui permet une connection facile entre les différents blocs que l'on télécharge. Le but est d'améliorer l'intégration de différentes IP sur un même FPGA sans avoir à modifier le code source.

Derrière le petit logo tout bizarre d'Opencollector, se cache la plus grande base de données du hardware libre en terme d'outils de CAO, que ce soient simulateurs, synthétiseurs, ou compilateurs. Le tout sous licence GPL évidemment, et sous Linux. Et oui, certes les entreprises fabricant les FPGA nous fournissent des logiciels gratuits... mais uniquement sous Windows ! La version Linux étant payante. Du coup, pour assurer un design 100 % open-source, certains concepteurs et universitaires se sont penchés sur les logiciels de CAO eux-mêmes.

Et puis évidemment, il y a les hébergeurs classiques des projets open-sources, chez qui vous trouverez également des groupes de travail sur le hardware libre, icculus et tuxfamily pour ne citer qu’eux.

Qui participe ?

Parmi les participants 'typiques' des projets hardware open-source, on trouve :

  • des étudiants en électronique et en informatique

  • des professeurs d'universités, d'écoles d'ingénieurs

  • des concepteurs digitaux qui travaillent déjà
Géographiquement, des gens de toute la planète participent à ces projets. Il y a bien sûr des occidentaux mais aussi beaucoup d'ingénieurs et d'étudiants d'Asie (Inde et Chine en particulier), du moins si je me base sur les contacts que j'ai eu à ce sujet.