Le watercooling : matériel et réalisation

Alors qu’il y a encore peu, pour acquérir un système de watercooling complet, la situation était telle qu’il était nécessaire de se fabriquer soi-même les pièces, ou alors de passer commande chez des revendeurs situés exclusivement aux Etats-Unis, il semble que cette situation soit enfin révolue depuis quelques mois : il devient en effet enfin possible de trouver en France et à moindre coût, du matériel de qualité, en provenance directe des constructeurs situés principalement aux Etats-Unis, en Allemagne, et aux Philippines. Cette récente et première étape dans la démocratisation du watercooling est évidemment une bonne chose, puisque de plus en plus de bon matériel devient disponible, et qu’une saine concurrence commence doucement à voir le jour. Quelque soit le but recherché (silence, performances, ou silence ET performances), il n’a jamais été aussi facile et aussi peu coûteux de se procurer le matériel nécessaire pour répondre à ses exigences et pour ramener enfin un peu de calme dans son PC, et ce, de manière efficace.



Qu’il me soit permis de revenir pourtant dès maintenant sur un vieux démon du watercooling : la hantise légendaire de la fuite, qui subsiste irrémédiablement dès qu’on envisage d’effectuer la transition pour le refroidissement liquide. Aujourd’hui, devant les efforts qu’ont réalisés tous les constructeurs à ce sujet, ce danger ne peut plus provenir que d’une grossière erreur de manipulation, et avec la récente démocratisation des embouts dits « Plug & Cool », même sans avoir jamais monté ou assisté au montage d’un watercooling, il devient réellement facile de se monter un système sûr. L’erreur pouvait en revanche arriver plus facilement avant, quand les seuls embouts disponibles étaient en laiton cannelé, sur lesquels il fallait enficher le tuyau et serrer celui-ci à l’aide de colliers métalliques. Bien sûr, la prudence recommandera de toujours vérifier l’étanchéité en faisant tourner le système pendant plusieurs heures PC éteint la première fois, mais dans l’ensemble, force est de constater qu’il a aujourd’hui été fait le maximum pour que cette vieille croyance puisse être reléguée au statut de légende…



Lors de mon dernier article, j’ai essayé de vous présenter quelques théories qui sont à l’origine du fonctionnement et de l’efficacité du watercooling. Aujourd’hui, je vais tenter de recenser de manière plus concrète le matériel nécessaire à la réalisation de tels systèmes, ainsi que de vous conseiller sur les choix à faire si vous décidez de franchir le pas.