Quelle quantité de RAM peut-on réellement exploiter ?

Conclusion

Il est rarement aussi difficile d’évaluer précisément la situation : les problèmes liés à la mémoire sont très nombreux et dépendent énormément de l’utilisateur et des programmes sur lesquels chacun s’appuie. Chose intéressante, certains programmes 32 bits dans un environnement 32 bits tireront mieux parti du passage de 4 à 8 Go de RAM (ou plus) que des programmes 64 bits sous un OS 64 bits. De plus, cette approche permet d’utiliser activement l’écart entre les 4 Go de RAM installés et les 3,25 Go utilisables avec une version 32 bits de Windows.

Encore une fois, l’amélioration des performances ne se mesure pas toujours au nombre d’images par seconde, c’est pourquoi notre conclusion s’éloigne un peu de ce que l’on pourrait anticiper à la seule lecture des graphiques. Tout comme lorsque nous avons mis en avant les avantages liés à la gestion des fichiers temporaires par le RAM-disque, les impressions complètent les mesures.

Outre les mesures et impressions, la baisse du prix de la mémoire nous pousse à recommander un minimum de 8 Go de RAM. Le passage à 12 ou 16 Go n’a de sens qu’à condition d’allouer 4 Go (ou plus) à un RAM-disque dans le but d’accélérer le traitement des fichiers temporaires. Ceci vaut pour la compression de fichiers comme pour l’encodage vidéo ou encore le traitement d’images approfondi.

On pourrait aussi vouloir plus de RAM pour que la carte graphique puisse se servir sans contrainte, ce qui peut s’avérer payant comme on l’a vu avec GTA IV par exemple. A moins d’utiliser des programmes particulièrement gourmands en mémoire, les performances ne bondiront pas pour autant, mais la mémoire ne sera plus un souci dans l’immédiat, ni à moyen terme.