Quatre sockets Intel en 2009

Un SocketIntel aura en tout quatre sockets en 2009.

Socket B

Le premier est le LGA 1366, que l’on connaît maintenant sous le nom de Socket B. Destiné aux Bloomsefield, Gainestown et Westmere (cf. « Intel Nehalem et chipset X58 en photos »), il remplacera le LGA 775 et sera au côté du LGA 1160 que l’on connait maintenant sous le nom de Socket H.

Socket H

Destiné aux Lynnfield et Havendale, le Socket H devrait se retrouver sur des cartes mères milieu de gamme et donc moins chère que celles disposant d’un Socket B. Néamoins, Intel prend un risque certain en introduisant sockets sur une même plateforme (les ordinateurs de bureau).

La danse des sockets

En plus de ces deux nouveaux sockets, Intel continuera d’offrir des processeurs sur socket 775 et 437. Cela devrait limiter les possibilités de mises à jour et surtout obliger les consommateurs à changer de cartes mère et donc de prendre un chipset Intel dans un grand nombre de cas. Au final, on ne peut s’empêcher de penser qu’Intel profite de l’absence d’AMD sur la scène des performances pour s’adonner à des pratiques marketing qui auraient eu un impact beaucoup plus négatif si la concurrence avait été plus présente.

Posez une question dans la catégorie Les news : vos réactions du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
14 commentaires
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire
  • adanorm2000
    Même s'il était possible de faire un peu tout et n'importe quoi avec le socket 775 en terme de retrocompatibilité, dans les faits pour la majorité ça ne sera pas un problème !
    J'ai en effet été choqué de voir un jour dans une config sur un forum une Asus Maximus trucmuche à 250€ (X38 ou X48 je sais plus mais ça revient au même) qui était montée avec un Pentium D dual core Prescott ... ce qui ne vaux plus rien (et qui a mon opinion était déjà bien pourrit lorsque c'est sorti)

    Tout ça pour dire qu'a part quelques illuminés, en général on achète une carte mère calibrée pour la puissance du CPU que l'on va monter dessus ! Et ce sont en général (si on regarde le volume des ventes) les OEM qui s'occupent de mettre une carte mère réaliste associé à un certain CPU.
    Les upgrades même s'ils sont possible physiquement sont souvent a risque lorsqu'on fait n'importe quoi !
    Imaginons une config à base de carte mère AsRock (ou du même genre) avec un Pentium E 2180, il parait idiot d'y mettre un QX dernière génération à 45nm !
    Les phases d'alims risquent de ne pas suivre, et le BIOS de la AsRock n'offre même pas certaines fonctions basiques d'overclocking comme pouvoir fixer le PCIE à 100Mhz.

    Pour moi à l'avenir, socket B et H c'est un garde fou efficace !
  • delocalise
    Faut arrêter de critiquer ASROCK. Les cartes mère que j'ai eu de cette marque étaient très stables. Elles sont volontairement bridées pour éviter les problèmes. C'est justement pour cela que je les achètes, et aussi pour leur prix et leur polyvalence remarquable. Elles ne sont pas faites pour la bidouille et c'est tant-mieux. Il y a des utilisateurs que cela intéresse, et c'est pour cela que cette marque se porte bien. Si je souhaite plus de puissance, j'achète un processeur plus performant au lieu d'en booster un poussif. Cela m'évite d'installer des systèmes de refroidissement dans tous les sens et d'acheter une usine nucléaire pour l'alimentation. Actuellement, j'ai un proc E6400 sur une carte mère ASROCK et cela marche très bien avec les ventilateurs et alimentations standards : Antec truepower 430W, idle : 40 °C, full : 51 °C - consommation totale du PC en idle : 66W, en full : 95 W
  • Anonyme
    Ici ASROCK + E7200 + quatre périphériques IDE.
    Et pour ceux qui ne sont pas convaincus j'ajoute:
    DDR1 + DDR2 + SATA2
    Et pour les irréductibles:
    PCIe + AGP
    Et le coup de grâce:
    50 € :D