Stockage mobile : quatre disques durs externes comparés

Verbatim SmartDisk

Design

Le Verbatim SmartDisk nous est arrivé en version USB 250 Go. Il existe cependant aussi en version Firewire 400, et en différentes capacités, jusqu’à 320 Go aujourd’hui. Son design est celui que nous avons trouvé le moins réussi de tous les disques testés ici. Sa finition est bonne, mais l’intégralité du boîtier est plastique, malgré une apparence gris métallisé. Dommage. On critiquera aussi la taille du SmartDisk : c’est tout simplement le plus gros de ce comparatif. Cette taille, associée à son design banal, fait de ce disque le moins attirant du lot. La connectique est réduite à un port USB 2.0 et une prise d’alimentation. Malheureusement, comme pour l’Iomega, l’adaptateur secteur n’est pas fourni dans la boîte.

Le design du SmartDisk n'est pas le plus réussiLa connectique du Verbatim Smartdisk

Conception intérieure

L’ouverture du boîtier est aussi très simple, même s’il faut ici démonter non pas 2 mais 4 vis. On découvre alors un disque dur Western Digital WD 2500BEVE PATA. Ce disque dur est posé sur un circuit imprimé accueillant le contrôleur PATA/USB ; Il s’agit d’un modèle ST Micro, le CY7C68300C. On est tout de même étonné de la taille du PCB utilisé par Verbatim, qui reste aux trois quarts inoccupé vu le peu de composants nécessaires.

Le Verbatim, ouvertLe PCB utilisé par Verbatim est tout simplement énorme
On regrette de ne pas trouver des patins amortisseurs comme sur le disque Iomega, mais il est vrai que le boîtier est déjà assez protecteur en lui-même. Enfin, comme le Iomega, ce disque Verbatim est dépourvu de bouton de commande.

Offre logicielle

L'interface de Bounce Back ExpressLe SmartDisk est livré avec le logiciel Bounceback express de CMS. Ce logiciel est assez similaire à Retrospect Express, en ce qu’il ne permet que de sauvegarder un volume ou un ensemble de fichiers ou dossier, de manière manuelle ou automatique, puis de les restaurer le cas échéant. Il est dépourvu de fonctionnalités avancées, telles que la création d’une image bootable du système, ou de la gestion des sauvegardes incrémentielles et différentielles. On a aura donc tôt fait de le remplacer par des solutions plus complètes, comme Acronis, Norton Ghost, ou DriveImage XML, un utilitaire gratuit et plutôt complet. De même, les travailleurs sous Mac OS préfèreront rester avec Time Machine et par exemple Carbon Copy Cloner ou Super Duper ! pour réaliser des clones bootables.