Stockage mobile : quatre disques durs externes comparés

Maxtor One Touch 4 mini

Design

Maxtor One Touch Mini 4 : on distingue ici la diode/bouton et l'unique port USBSon intégration à Seagate a fait beaucoup de bien à la marque Maxtor. Adieu les soucis de fiabilité, adieu les produits au design amateur. La série des Onetouch 4 est fort séduisante. Nous avons testé ici le Maxtor One Touch Mini 4 160 Go. Il est presque le plus compact de notre comparatif, et présente une finition exemplaire. Son boîtier mélange plastique noir épais et rigide et capot supérieur en métal. Cela améliorera la dissipation de la chaleur dégagée par le disque. Très peu d’éléments parasitent la ligne du boîtier : seuls un port USB et une diode d’activité faisant aussi office de bouton de commande sont visibles. Ça a le mérite de la simplicité, mais l’absence de connecteur pour alimentation externe empêchera d’utiliser ce disque sur un PC dont le port USB ne fournit pas assez de courant.

Conception intérieure

Le démontage s’opère en déclipsant le fond du boîtier. Une fois séparé du capot, il révèle un disque dur SATA Seagate (Momentus 5400.3 160 Go) calé par de nombreuses languettes en mousse. La carte contrôleur est minuscule, et la puce elle-même encore plus. Elle est par ailleurs protégée par un capot métallique. L’ensemble est simple, paraît très optimisé et inspire confiance.

Le Maxtor, ouvertTrès peu de place perdue !

Offre logicielle

Maxtor livre son disque One Touch Mini avec le logiciel Maxtor Manager (compatible Mac et PC). Celui-ci est le plus complet que nous ayons vu dans ce comparatif. Ses fonctions sont étendues :

  • programmation de sauvegardes de dossiers (sauvegardes incrémentielles, jusqu’à 10 versions d’un même fichier),
  • protection d’accès à ces données par mot de passe,
  • encryption à la volée des données glissées sur l’outil Encryption Tool,
  • clonage d’une partition système avec rappel automatique et possibilité d’avoir plusieurs sauvegardes sur le même disque
  • Synchronisation du contenu du disque entre plusieurs ordinateurs
  • gestion de la durée à partir de laquelle le disque se met en veille, et du comportement du bouton en façade (sauvegarde immédiate, synchronisation, ouverture d’une application.)

Maxtor Manager sous WindowsMaxtor Manager permet aussi la synchronisation entre postes
La fonction Safety Drill permet de créer une copie amorçable de votre disqueMaxtor Manager sous mac : buggé
Bref, on trouve là enfin une suite logicielle cohérente avec l’utilisation que l’on peut faire d’un disque dur externe portable. Notez cependant quelques petits bémols. D’une part, la sauvegarde et la synchronisation ne sont possibles que sur une partition NTFS, pas sur une FAT32. Dommage pour ceux qui ont besoin de la vieille FAT pour transférer des données entre Windows, Mac, Linux, et autres systèmes réfractaires au NTFS. D’autre part, les utilisateurs de Macintosh sont privés de la fonction de clonage d’une partition système. Enfin, sur notre Mac de test, Maxtor Manager a obstinément refusé de reconnaître le disque branché, et ne pouvait donc faire aucune sauvegarde.