La chaîne Youtube de PewDiePie sérieusement menacée, voilà pourquoi

PewDiePie Copyright Strike

La dernière vidéo de PewDiePie explique pourquoi sa chaîne peut disparaître d'un jour à l'autre, et pourquoi il ne peut rien y faire. Ce Suédois est le plus gros Youtuber du monde, avec plus de 57 millions d'abonnés. Et dans cette situation, le moindre écart provoque des répercutions énormes.

Le problème, c'est que PewDiePie a déjà, par deux fois, été accusé de racisme dans ses vidéos. Le dernier scandale en date fait suite à une vidéo en direct, dans laquelle il lâche le mot « negger » (« nègre » en français) en tant que juron. PewDiePie s'est excusé, mais les conséquences montrent un point intéressant du streaming de jeux vidéo sur Youtube.

Filmer un jeu vidéo est interdit par les éditeurs

En réaction à cet écart de langage, l'éditeur du jeu Firewatch a décidé de faire un recours pour supprimer toutes les vidéos de PewDiePie dans FireWatch, pour se désolidariser du Youtuber controversé. Le recours fut immédiatement appliqué par Youtube en tant que « Copyright Strike », une sanction pour violation de propriété intellectuelle. Au bout de trois sanctions du genre, la chaîne sera supprimée. Il suffit donc que deux autres éditeurs décident de faire la même chose pour que la chaîne de PewDiePie ne soit plus qu'un souvenir.

Comment est-ce possible ? Tout simplement car filmer un jeu vidéo est généralement interdit dans l'accord de licence des titres les plus célèbres. Les auteurs de ces vidéos de jeux sont juste tolérés par les éditeurs, qui en profitent pour promouvoir leurs titres. Dans ce cas de figure, le Youtuber est donc à la merci de l'éditeur, qui peut décider de le poursuivre pour violation de copyright à la moindre insatisfaction.

Une zone d'incertitude juridique

Un combat juridique est toutefois envisageable, car certains affirment que ce type de vidéos peut être protégé par la notion de « fair use » (utilisation équitable, selon Wikipedia) : un cas particulier qui annule la violation de droits. Le problème, c'est que ces vidéos de jeux durent longtemps (il ne s'agit pas juste d'un extrait), et qu'elles rapportent de l'argent aux Youtubers qui les monétisent, ce qui rend le fair use difficile à invoquer...

Posez une question dans la catégorie Les news : vos réactions du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
8 commentaires
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire
  • AccroPC2
    C'est l'instant People de Tom's ? :)
  • TNZ
    Le gars, il se crée une nouvelle chaîne et recommence avant que la 1ère soit fermée. De plus, rien ne l'empêche de balancer les éditeurs qui auront lancé la procédure de fermeture. Bref, avec 37 millions de suiveurs + le bouche à oreille, l'image marketing des fautifs va prendre cher.
  • magellan
    Anonymous a dit :
    Le gars, il se crée une nouvelle chaîne et recommence avant que la 1ère soit fermée. De plus, rien ne l'empêche de balancer les éditeurs qui auront lancé la procédure de fermeture. Bref, avec 37 millions de suiveurs + le bouche à oreille, l'image marketing des fautifs va prendre cher.

    Je ne suis pas aussi convaincu, tout dépend du contexte en fait. Là où je te rejoins, c'est que dans l'absolu un personnage aussi "populaire" a nécessairement un poids médiatique, mais à côté de cela si celui-ci est régulièrement mis en accusation pour son comportement, une entreprise sera plus avisée de d'éloigner de lui, que de rester trop proche donc assimilé à son discours.

    De fait, cette situation présentée du côté du youtubeur comme "pas normale et risquée" est selon moi totalement normale au contraire: chaque éditeur est propriétaire de ses produits, et rien ne saurait leur imposer d'être lié à quelqu'un d'autre, d'autant plus sans leur accord préalable. Notons également que le seul véritable souci de ce système est qu'il peut être détourné pour "troller" les producteurs de vidéo.C'est déjà le cas pour les critiques de jeux où sur un deux clics une plainte peut être déposée et ainsi bloquer la monétisation voire la chaîne elle-même. Ce sont les limites du dispositif de protection de la propriété intellectuelle sur ce genre de média.

    Je vais faire une analogie qui va sembler débile de prime abord, mais qui est signifiante au final. Pour celles et ceux qui ont vu les derniers transformers, la voiture de police est visuellement une ford mustang mais dépourvue de tout écusson rappelant la marque, ceci pour éviter tout rapprochement entre la marque et le personnage "méchant". D'autres suggèrent que le choix de la mustang est au contraire un clin d'oeil à la camaro campée par Bumblebee... donc un coup marketing; Difficile d'y voir clair, mais bien souvent cela fait partie de la communication: doit-on ou pas associer son produit à un personnage dit "mauvais" ou à une image néfaste....

    Je comprends donc aisément que certaines marques se désolidarisent de pew truc muche (ne le suivant pas je m'en contrefous), mais cela amène déjà à des dérives où les annonceurs veulent reprendre la main sur ceux qui leur étaient utiles il y a quelques années en arrière. N'oublions pas que d'un point de vue budget marketing, un youtubeur est une manne confortable et facile à gérer: investissement minime pour une grosse visibilité, voire aucun investissement si le produit devient populaire de par une mode (voir le nombre de streams sur twich sur un jeu donné à une époque donnée...)