Informatique quantique : plus rapide, mais pas toujours....

L'informatique quantique risque de tout changer par sa nouvelle dimension de calcul, c'est au moins ce qu'on comprend en tant que profane (c'est-à-dire 99,99 % de la population mondiale). Les scientifiques d'IBM ont effectivement prouvé que l'informatique quantique sera bien meilleure que l'informatique « analogico-numérique » actuelle. Mais pas pour tout type de calcul...

Parfois, un ordinateur classique suffira

Le site EE Times apprend de Bob Sutor, vice président de IBM Q Ecosystem and Strategy, que le qubit n'est pas toujours supérieur au bit classique. Le problème semble se concrétiser dans ce qu'on appelle la cohérence du qubit. Une limite de temps infime après laquelle le qubit entre dans un état chaotique, et devient alors inexploitable. Une contrainte qui pousse les enchaînements de calculs sur qubits à être presque immédiats, du moins pour l'instant. L'un des mythes que veut alors désenchanter Sutor, c'est l'apocalypse cryptographique de l'informatique quantique : le prototype d'ordinateur quantique le plus avancé d'IBM exploite 50 qubits, alors que le déchiffrement immédiat de tout cryptage classique supposerait 100 millions de qubits. Bref, ce n'est pas encore la fin du monde (c'est au moins ce qu'on a compris) !

Posez une question dans la catégorie Les news : vos réactions du forum
Soyez le premier à commenter
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire