Samsung 950 Pro : la nouvelle référence !

Regardons de plus près

Le NVMe M.2 grand public est arrivé ! Le Samsung 950 Pro change la donne, et la société ne se prive pas de le mentionner sur l’emballage. Étant donné que seules deux familles de chipsets permettent d’utiliser ce produit pour l’amorçage et que le BIOS requiert une configuration bien spécifique, nous nous attendons à ce que certains acheteurs rencontrent des difficultés lors de la configuration initiale. 

Nos exemplaires nous sont parvenus avant la sortie de la version grand public. Par conséquent, il se peut que nous ne disposions pas du jeu d’accessoires définitif. Espérons cependant que Samsung ait prévu un guide d’installation pour ses clients. 

Les deux capacités sont au format M.2 2280, le plus utilisé actuellement dans le domaine du stockage. Plusieurs cartes-mères Z97, X99 et Z170 sont d’ores et déjà munies d’emplacements M.2 compatibles avec le 950 Pro. Samsung ne vend pas d’adaptateur M.2 vers PCIe, mais d’autres sociétés en commercialisent. L’adaptateur permet d’insérer votre SSD M.2 dans une carte d’extension compatible PCIe. Certains adaptateurs sont équipés d’un radiateur améliorant le refroidissement. L’inconvénient réside dans le fait que vous occupez un emplacement qui aurait pu être affecté à une seconde carte graphique. 

Toutes les unités sont simple face. Le format M.2 est conçu pour supporter des barrettes simple et double face, ce qui devrait à terme constituer un problème pour les ordinateurs portables. Le Lenovo X1 Carbon Gen 3 que nous utilisons pour certains tests d’autonomie supporte uniquement les unités M.2 simple face.

Samsung se repose à nouveau sur son contrôleur UBX qu’elle associe à 512 Mo de LPDDR3 cadencée à 1600 MT/s. La mémoire flash utilisée par la société est la récente V-NAND 3D 32 couches. Samsung n’a pas communiqué d’informations particulières concernant la fabrication, mais dévoile en revanche la lithographie de la mémoire flash. V-NAND repose toujours sur une technologie 3x nm similaire à celle embarquée dans le 850 Pro. 

Considérations relatives à l’installation

En règle générale, nous n’entrons pas dans les détails lorsqu’il s’agit de l’installation d’un SSD. Mais le 950 Pro met le NVMe à disposition du grand public, et tout le monde n’aura pas pris le soin de se renseigner comme il se doit avant l’achat. Étant donné que cette unité est destinée à une large audience, nous souhaitons fournir davantage d’informations. 

Une carte-mère Intel Série 9 ou 10 est requise pour démarrer à partir du 950 Pro. Seule une poignée de cartes-mères Z97 exploitent intégralement les performances du PCIe 3.0 x4 à l’emplacement M.2.  Pour réaliser les tests, notre choix s’est porté sur une ASRock Z97 Extreme6, car celle-ci est équipée d’un emplacement Ultra M.2 reposant sur du PCIe 3.0 x4 directement connecté au processeur. Nous avons testé les versions 256 Go et 512 Go avec la même carte-mère de manière à garantir la pertinence du comparatif. Nous avons également effectué quelques tests avec une carte-mère ASRock Z170 Extreme7+ qui ont révélé des performances légèrement supérieures dans le chef du 950 Pro malgré une connectivité PCIe transitant par le PCH d’Intel.

Nous avons également fait tourner deux 950 Pro 512 Go en RAID 0 par l’intermédiaire de l’Intel Rapid Storage Technology. Les cartes-mères Z170 telles que l’ASRock Z170 Extreme7+ possèdent au moins deux emplacements M.2 capables d’exploiter la bande passante du PCIe 3.0 x4. Pour permettre aux unités de démarrer en RST RAID 0, les emplacements M.2 doivent se trouver en aval du PCH, le mode RAID doit être activé dans le BIOS et la grappe doit être configurée soit dans le système d’exploitation, soit au niveau du BIOS. Le RST RAID 0 supporte les commandes TRIM et SCSI UNMAP de sorte que votre grappe peut fonctionner à haute vitesse pendant une durée prolongée. 

Le contrôleur des 950 Pro n’est équipé d’aucun radiateur. En conditions normales d’utilisation, les émissions thermiques ne devraient cependant pas poser de problème. En fait, Samsung a délibérément adapté le comportement du 950 Pro à l’égard de la réduction des fréquences. La société se débat constamment avec cette problématique. La première fois que nous avons testé son SM951 dans un Lenovo X1 Carbon Gen 3, nous avons constaté qu’un limiteur artificiel ralentissait le taux d’écriture séquentielle/aléatoire. Lenovo a ensuite publié un firmware augmentant le plafond thermique à partir duquel s’enclenche la réduction des fréquences. L’unité que nous nous sommes procurée chez RamCity ne présentait toutefois aucun problème. La réduction des fréquences reste potentiellement problématique lorsque l’unité est soumise à rude épreuve dans des conditions inhabituelles, mais c’est de cette manière que l’unité se protège des dommages matériels. 

La carte-mère ASRock Z170 Extreme7+ possède trois emplacements Ultra M.2 supportant jusqu’au format 22110. Étant donné que les trois transitent par le PCH d’Intel, les performances sont limitées par l’interface DMI. Celle-ci est partagée entre le SATA, l’USB, l’audio HD et tout autre périphérique connecté aux E/S du hub. La commutation PCIe permet d’augmenter le nombre de voies disponibles, mais la bande passante est finalement fractionnée entre les différents appareils. 

Cette carte-mère, comme la plupart des cartes compatibles M.2, comporte des connecteurs entre les emplacements PCIe. Les cartes graphiques nécessitant deux emplacements entravent le flux d’air, ce qui crée sous celles-ci une zone de stagnation potentiellement problématique. Heureusement, l’emplacement M.2 le plus proche du processeur n’a pas ce problème. Si vous avez opté pour le refroidissement liquide, soyez particulièrement attentifs à la température des composants tels que les SSD M.2. Même si les unités sont munies d’un dispositif de surveillance thermique, pourquoi s’infliger une réduction des fréquences alors qu’une bonne ventilation suffit ?  

RAID Intel Rapid Storage Technology

La technologie RST d’Intel est devenue un outil puissant pour améliorer les performances de stockage. La technologie RST est prise en charge par tous les chipsets haut de gamme de la société, mais le RAID PCIe n’est actuellement supporté que par la Z170 (pour ordinateurs de bureau). La technologie prend en charge les RAID 0, 1, 5 et 10.

Étant donné que l’ASRock Z170 Extreme7+ possède trois emplacements M.2, ceux qui le souhaitent peuvent configurer une grappe de trois disques en RAID 5. Néanmoins, la configuration la plus fréquente comportera probablement un SSD autonome et deux SSD en RAID 0 (double capacité et performances accrues) ou en RAID 1 (disques en miroir à des fins de redondance). Les images ci-dessus montrent une configuration réalisée sous Windows à l’aide de l’interface Rapid Storage Technology. Vous pourriez même configurer une grappe sous Windows à partir d’une installation précédente et réinstaller ensuite Windows sur cette nouvelle grappe. Une autre possibilité consiste à configurer une grappe dans votre BIOS grâce à la combinaison de touches CTRL+I qui fait apparaître l’écran de configuration RST au démarrage.

Intel vous laisse naturellement choisir la granularité de votre grappe. Elle est par défaut de 16 Ko, ce qui constitue l’équilibre optimal entre performances séquentielles et aléatoires. Des bandes plus petites amélioreront légèrement les performances aléatoires tandis que des bandes plus grandes offriront de meilleures performances séquentielles. Pour exploiter de façon optimale le DMI de notre carte-mère Extreme7+ lors de nos tests en RAID 0, nous avons configuré deux 950 Pro de 512 Go avec une granularité de 16 Ko.

Il convient également de noter que la dernière version du logiciel Intel RST permet de transformer les unités PCIe en mémoire cache pour disques durs. Il est également possible de configurer un cache de niveau 0 et d’affecter celui-ci à des SSD SATA connectés au PCH. Le cache est limité à 64 Go. Cela signifie que si vous utilisez un SSD plus volumineux, la capacité résiduelle pourra être partitionnée et utilisée séparément.  

Dans le RAID, les 950 Pro apparaissent comme une grappe logicielle Intel. Le pilote de Samsung ne les reconnaît pas, empêchant leur installation. Il en va de même pour les SSD 750 d’Intel. En attendant que Samsung rende son logiciel compatible avec les grappes RAID, vous allez devoir utiliser le pilote NVMe intégré à Windows 10 et 8.x, ou disponible au téléchargement pour Windows 7. Cela entraîne malheureusement une baisse de performances, en particulier lorsqu’une fois soumis à une certaine charge, on compare un 950 Pro utilisé seul à deux 950 Pro en RAID 0. L’implémentation de Microsoft est moins optimisée puisqu’elle est censée prendre en charge toutes les révisions du NVMe. Elle est toutefois suffisante pour faire tourner votre système.

Posez une question dans la catégorie Les news : vos réactions du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
9 commentaires
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire
  • mitch08
    Euh quand je regarde le graph sur le gain dans les applications, je m’interroge de l'utilité actuelle de cette unité de stockage...je vais garder encore un peu mon 850pro...bon dernier des tests :bounce:
  • Florian c
    Le 850 Pro reste évidemment un très bon SSD, inclus pour référence vu que le 950 Pro le remplace (au moins par le nom).

    Maintenant si tu regardes les débits en séquentiel, le gain est énorme.
  • samir1007
    Très bon test comme d'habitude, très pointu et précis, merci !! Maintenant la seule question que je me pose, c'est est-ce que je vais attendre la version 1To, ou craqué dès maintenant pour la 512..?
  • Mk1234
    Vous n'abordez pas le problème de chauffe de ce produit, pourtant déjà identifié avant sa commercialisation.
    Une chauffe qui atteint les 90°, alors qu'un 850 pro dans un boitier bien ventilé atteint rarement les 30°.
    Tout ça pour dire que, si le SSD 950 fonctionne comme les condensateurs de leurs téléviseurs,
    il n'y pas de danger pour que j'achète ce genre d'article.
  • tatawin33
    c'est quoi ce test bidon? des arguments foireux genre le sata c'est pas performant tout ça genre "le ssd a certes réduit l'écart" alors que les ssd ont tout simplement multiplié par 50 la réactivité de nos machines! alors que c'est tout simplement le plus gros bond en avant depuis 30 ans! quand on voit les "journaliste" s'émerveiller des cartes graphiques quand elles progressent de 10% d'une génération à une autre....
    un prix 3 fois plus élevé pour des gains totalement marginaux (dans la vraie vie j'entends) vous trouvez ça génial vous? tomshardware serait-il sponsorisé par samsung?
    en plus c'est une traduction de l'anglais non? parce que "un usage client" dans le contexte c'est ridicule. tout comme "le pilote fait main basse...", c'est pas un francophone qui a pondu ça c'est pas possible.
  • Tremex
    Pas totalement convaincu non plus. Les SSD ont fait passer la réactivité des ordinateurs du disque dur "Vélo/mobylette" à la voiture, mais après, s'esbaudir sur les qualités comparées de SSDs "Ferrari" ou "Bugatti" par rapport à un modèle "Pigeot" grand public, bof bof. C'est génial en lecture séquentielle "course sur circuit", mais pour M. tout le Monde qui va faire ses courses, aucune différence avec un SSD standard. Bien d'autres facteurs de ralentissement existent dans un ordinateur. Les 12 000 IOPS 4K en aléatoire, ça ne fait jamais qu'un débit de 48 Mbit/s, 6 Mo/s. Ouch, on est loin du To/s. C'est beau comme une pub de fournisseur d'accès. Et compatible uniquement W10 ?

    Pourquoi d'ailleurs ? Parce que les cellules Flash ont beau être très réactives par rapport à un disque dur mécanique, ça reste une technologie très lente. Le temps d'accès se compte au mieux en dizaines de microsecondes, loin des performances d'une cellule mémoire DRAM, pourtant considérée elle-même comme à la ramasse par rapport aux fréquences processeur. C'est le travail sur plusieurs puces en parallèle, notamment, qui a permis de sauver les meubles, en contrepartie d'ailleurs d'une récupération des données parfois hasardeuse.
    Si je ne dis pas trop de bêtises, le gros intérêt de la Flash au départ était sa non-volatilité, pas les performances pures (plus l'absence de pièces mécaniques, et aussi une compatibilité avec la fabrication silicium, ce que n'offraient pas les mémoires à bulles par exemple).

    Espoir : les nouvelles technologies ReRam (ou MRAM, etc.) (le 3D Xpoint ?) pourraient par contre changer la donne, si elles offrent des temps d'accès vraiment inférieurs à la Flash (connue aussi comme la vénérable EAROM des années 70-80s). Là on pourra avoir des performances proches d'un RAMdisk, sans le prix et autres défauts. Et si le reste de la machine suit.
  • LucasW71
    Depuis trois ans, je suis sous le charme des chiffres des débits des disque SSD, j'en ai testé personnellement, mais ils ont tous fini en retour, jusqu'à mettre en doute mon chipset et passer de H87 à Z97.

    Je ne suis pas à mon coup d'essai entre le SanDisk extrem 2 et les Samsung 840 pro et 850pro, le constat est toujours le même. J'installe un Windows 8.1 pro 64bits complet avec mes jeux et logiciels, dans l'utilisation, aucune différence avec mon disque dur Vélociraptor de western Digital sata 3.

    Mon dernier essai sous chipset Z97 avec le 850pro de Samsung. Le SSD mettait autant de temps pour faire les mêmes choses que le Vélociraptor, 20s pour afficher le mot de passe Windows 8.1, et 50s en tout pour lancer tout les applis, et fond d'écran animé. Pareille pour les jeux, montage vidéo avec power director etc.

    J'espérais que la Nand 3d, vu le discourt allait tout changer. Je pensais que les protocoles NVMe, allait changer la donner, entre pci et M2, mais en page 5 du test sous la rubrique "Benchmark en situation réelle via le logiciel PCMark 8", ca fait que confirmer, quelque soit la configuration, sata, RAID, pci, M2, le résultat est le même!!! pour lancer un jeux, une application, quelque soit le ssd, le port de connexion, ca ne change rien.

    Alors ma question est la suivante, a quoi sert un SSD??? Les débits sont surprenant ok, mais au final pour quoi faire, lancer Windows, des applis, de jeux plus vite, c'est pareille qu'un disque dur 10 000tr/min. Faire des échange de fichier (des copies depuis Windows en SSD OS c'est rare, Pour les copies perso, dans se type de cas, on fait souvent appelle à d'autre disque souvent mécanique pour le stockage, et du stockage mécanique au SSD os, c'est le plus lent qui prime)

    Est-ce que j'ai louper quelque chose? Est-ce que mes attends ne corresponde pas a une utilisation SSD??? Je suis le seul dans ce cas la???
  • Tremex
    Ah si, il y a au moins une grosse différence : le bruit ! J'ai possédé un Raptor 74 Go il y a quelques années, c'est rien moins que discret ...
    Aujourd'hui, avec un SSD système, gros ventirads à faible vitesse de rotation, et alimentation semi-fanless, le composant le plus bruyant de ma machine reste le disque dur données (3 To, c'est encore un peu cher en SSD). Content quand il s'arrête.

    J'obtiens environ 35 s jusqu'à l'arrivée bureau (win 7-64, sur Asus P6T, toutes options de choix virées). Pas non plus une énorme différence avec un DD standard mais les 20-30 s gagnées restent bonnes à prendre.
    Et beaucoup plus net sur mon portable (avec un petit DD 5 400 rpm à l'origine).
  • jcarlson
    Performance qui passe de 361 (850 Pro) à 349 (950 Pro) sous Adobe Photoshop soit un gain de 3.2% seulement !
    Pas de quoi se gargariser sur la performance du 950 Pro. En fait, dans une utilisation sous Windows 10 sur un système performant, le 950 Pro n'apporte absolument rien, sauf des problème thermiques connus qui limiteront encore plus sa performance déjà misérable. Seuls des serveurs évolués peuvent prétendre bénéficier de la technologie NVME, et Intel l'a bien compris en équipant ses SSD NVME avec un système de refroidissement adapté.