Test : Thermaltake Pacific CL360, énorme radiateur 100 % cuivre

Aujourd’hui pas d’azote liquide, ce serait de la triche, mais un watercooling, et surtout un radiateur. Nouveau venu dans la gamme Thermaltake, le Pacific CL360, qui débarque avec un atout de taille : sa conception tout en cuivre, avec une finition plus soignée pour plus d'efficacité. Ce radiateur de 360 mm en impose par sa taille et par son poids, cuivre oblige, mais qu’est ce que cela donne en pratique ?

Quand Thermaltake vous propose de tester le « petit » dernier, ils ne font pas les choses à moitié. Nous leur avons demandé un kit complet et l'ancien radiateur RL360 en aluminium, pour pouvoir comparer proprement. La marque a donc sorti le grand jeu : pompe PR22-D5, waterblock W4 plus, liquide C1000 et les deux bons gros radiateurs de 360 mm, le RL360 en aluminium, et le CL360 en cuivre.


Avant d’attaquer notre duel fratricide, voyons un peu comment est conçu ce radiateur.

Conception : le CL360 en détail

Les parties utiles du CL360, c'est-à-dire les ailettes et les tubes de circulation du fluide sont en cuivre. Le cuivre possède une très bonne conduction thermique. De part et d’autre, les réservoirs sont en laiton, et permettent de faire la jonction de tous les tubes conduisant l'eau. Le laiton est sans doute moins onéreux et plus facile à travailler que le cuivre, tout en étant compatible à moindre coût pour l'assemblage par brasure. Le couple laiton cuivre est d’ailleurs très souvent employé dans la plomberie. Pour finir, les panneaux latéraux sont en acier inoxydable, là encore, un choix plutôt judicieux puisque résistant sans risque de corrosion. 

Les radiateurs en cuivre existent depuis longtemps, pas de quoi révolutionner le monde, mais pour le moment nous sommes sur de très bonnes bases. 


   Maintenant que nous avons vu les différents matériaux employés, voyons le fonctionnement de celui-ci. 
  • Le liquide chaud rentre par le trou en haut à droite (flèche rouge).  
  • Il arrive alors dans le réservoir en laiton, une sorte de chambre ouverte sur 21 tubes plats. Vous pouvez voir ces 21 tubes, répartis en 3 lignes et 7 colonnes, sur l’image du bas.
  • Le liquide passe alors dans ces tubes montés en parallèle pour atteindre l’autre côté du radiateur, où il arrive dans un réservoir, lui permettant d’accéder au 21 tubes plats situés du côté gauche du CL360.
  • A cet instant le liquide est déjà plus froid, il a parcouru la moitié du chemin, et prend donc la direction de la sortie, et continue de perdre des calories. 
  • Arrivés dans le collecteur de sortie, les 21 tubes déversent le liquide qui pourra ressortir, froid, par l’orifice au niveau de la flèche bleue. 

Les tubes plats présentent plusieurs avantages, il sera plus simple de brasser les ailettes sur une surface plate, et le fait d’aplatir le tube laisse plus de place pour que l’air puisse traverser les ailettes.

Autre point important, les 21 tubes étant en parallèle, il y a moins de résistance, et le liquide sera peu ralenti. Il y aura donc peu de perte de charge et donc moins de stress pour la pompe. Si le liquide devait passer successivement en zigzag dans tous les tubes, le débit chuterait de manière importante. D’après nos tests, en ajoutant le CL360 à la pompe, le débit chute d’à peine 7 %, alors que l’ajout du waterblock le réduit de 33 %.

D’après Thermaltake, le procédé de fabrication de ce CL360 permettrait d’avoir des températures plus homogènes mais également de réduire le risque de rupture dans le temps. Plutôt que de déposer du métal ponctuellement pour la brasure, et de ne pas très bien maitriser sa répartition, le fabricant dépose une couche de métal uniforme sur l’ensemble de la surface plate des tubes, rendent la jonction tube-ailette plus solide et plus efficace thermiquement.     




Posez une question dans la catégorie Les news : vos réactions du forum
Soyez le premier à commenter
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire