Un fournisseur de Samsung emploie des enfants

China Labor Watch, une organisation indépendante à but non lucratif, a mené une enquête sur les conditions de travail au sein des usines de HEG, un fournisseur de Samsung, Motorola et LG. Il a déterminé qu’entre 50 et 100 enfants sont embauchés pour travailler autant d’heures que les adultes pour un salaire 30 % inférieur. L’usine est aussi composée à 80 % d’étudiant qui travaillent entre 26 jours et 28 jours par mois à hauteur de 11 heures par jour.

Samsung a-t-il tiré les leçons de la situation vécue par Apple il y a quelques mois ?

Apple était sur toutes les lèvres lorsque Foxconn, son fabricant, a fait l’objet de rumeurs et soupçons qui ont mené à une enquête portant sur les conditions de travail de ses employés (cf. « Du mythe des employés Foxconn torturés »). Apple a admis que ses propres enquêtes avaient révélé la présence de six enfants, selon le rapport cité par le Financial Post. Il affirme avoir néanmoins pris des mesures pour que cela ne se reproduise plus et a ordonné l’augmentation du salaire des employés ainsi que le paiement des heures supplémentaires, selon le Huffington Post.

Samsung est resté très silencieux lors de cette affaire. Il devra aujourd’hui rendre des comptes, au même titre que LG et Motorola qui devront dire s’ils étaient au courant de ces conditions de travail qui violent les lois chinoises et sont la cause de nombreux accidents, selon le rapport. Samsung affirme seulement que ses enquêtes n’ont révélé aucune irrégularité. Il ne donne pas ses protocoles de tests ni les rapports qui en ont découlé.

Posez une question dans la catégorie Les news : vos réactions du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
21 commentaires
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire
  • Aleksan@guest
    boycottez les esclavagistes
  • boycott@guest
    Oui au boycott !!! Achetez un mobile, une télé ou un ordinateur français !!! :'-(
  • Hornpipe
    Inacceptable cette façon de faire de sociétés qui, sous couvert de la délocalisation, vendent au prix fort ce qu'ils ont fait produire par des enfants sous payés, grâce à des horaires indécents. Voilà ce qui attend les personnes qui écoutent les détracteurs des mesures sociales et de la régulation du temps de travail.