Le Président Trump met fin à la saga Broadcom vs Qualcomm

La saga qui agite le monde de la haute technologie depuis des mois vient de prendre fin, par décision du Président des Etats-Unis en personne, Donald Trump. Une ordonnance présidentielle interdit désormais tout projet de rachat de Qualcomm par Broadcom, et interdit même aux administrateurs de Broadcom d'être candidats aux postes d'administrateur de Qualcomm.

Sécurité nationale ?

La décision se base officiellement sur les inquiétudes du CFIUS (Committee on Foreign Investment in the United States), qui explique que le rachat de Qualcomm par une firme étrangère (Broadcom est de Singapour) pose des risques sérieux sur la sécurité nationale des Etats-Unis. La réalité semble plus simple : éviter de perdre les fleurons de l'industrie technologique nationale. Bloomberg explique que plusieurs autres décisions similaires ont aussi protégé d'autres grosses entreprises américaines de haute technologie d'un rachat, principalement par des entreprises chinoises. La dernière rumeur en date évoque un rachat de Broadcom par Intel, une contre-attaque dans une guerre financière ?

Posez une question dans la catégorie Les news : vos réactions du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
1 commentaire
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire
  • mathieu_16
    Moi j'avais plutôt lu que intel serait intéressé uniquement si broadcom arrivait a ses fins histoire de se relancer sur la mobilité et d’éviter justement d'avoir un gros concurrent ne devenir. la CA coupe court a toutes négociations.

    dites moi si je me trompe.