Accueil » Actualité » ATI dévoilerait son GPU PPU lors du Computex

ATI dévoilerait son GPU PPU lors du Computex

Plusieurs sources font état que le constructeur de cartes graphiques ATI prépare une démonstration de ses puces graphiques prenant en charge des calculs physiques lors du Computex de Taïwan, qui débute dans cinq jours.

Rappelons que les calculs physiques qui regroupent les opérations portant sur les mouvements et les interactions des corps solides, liquides, ou gazeux, dans un système 3D, le but étant d’améliorer l’interactivité et le réalisme dans les jeux. Il est aussi possible de décharger le CPU de ces calculs pour les attribuer au GPU ou au PPU suivant les solutions employées.

Trois constructeurs

Après la sortie des premières cartes PhysX d’Ageia (notamment chez Asus, que l’on trouve en France à partir de 289 €), et après les annonces NVidia qui compte développer des pilotes supportant ce type de moteur, c’est donc au tour d’ATI d’entrer dans la danse « physique ». Pour cela, ATI utiliserait deux cartes graphiques au sein d’un PC. Ces deux cartes, en CrossFire, n’auraient pas besoin d’être forcément identiques et les calculs physiques peuvent être accomplis par une X1600 et une X1900 par exemple.

Mais encore peu d’éditeurs de jeux

Rappelons que depuis la sortie des premières cartes PhysX de la société Ageia, les ventes décollent « mollement » (voir notre actualité 10 cartes PhysX par jour). En effet, les premiers benchs de la carte montrent que, en dehors des effets saisissants de rendus apportés par cette carte notamment lors des explosions en 3D, un certain ralentissement apparaît dans les jeux. D’autre part, les jeux supportant le PhysX ne sont pas légion bien que plusieurs annonces aient été faites dans ce sens.

Et il y a aussi le Havok

Ageia n’est pas le seul à proposer une solution pour améliorer le réalisme 3D dans les jeux. La société Havok a aussi plusieurs fois présenté son moteur (voir cette actualité : Démonstration du moteur Havoc FX à la GDC) qui au contraire de Ageia n’utilise pas de carte, mais se base sur la carte graphique existante, à condition que celle-ci supporte les Pixels Shaders 3.0.

Pour tous les joueurs, c’est une nouvelle encourageante de voir plusieurs constructeurs aboutir à la présentation des moteurs de traitement physiques. Si Ageia a été le premier à transformer l’essai grâce à sa carte, ATI et NVidia devraient réagir cette année.