Accueil » Actualité » Atom 330 et portables : pourquoi, comment

Atom 330 et portables : pourquoi, comment

Image 1 : Atom 330 et portables : pourquoi, comment

Depuis quelques semaines, on voit arriver des netbooks dotés de processeurs Atom 230 et d’Atom 330. Ces appareils, essentiellement des machines à (très) bas prix provenant d’Asie, ont-ils un avenir ? Selon Intel, non. En effet, rappelons la différence entre un Atom N270, un Atom Z530 et un Atom 230 : le TDP.

Trois Atom

Concrètement, il existe trois gammes d’Atom : une destinée aux MID, la série Z, qui utilise un chipset Poulsbo (une puce intégrant Northbridge et Southbridge) et un bus spécifique, une destinée aux netbooks (les modèles N), proposé avec un chipset i945GSE et un ICH7-M, en bus AGTL+ classique et enfin les Atom x30, destinés aux nettops et utilisant un bus AGTL+ et qui se retrouve avec le couple i945/ICH7. En dehors du bus (celui de l’Atom Z permet de gagner quelques mW), la différence provient de l’absence de Speedstep sur les Atom x30, et donc un TDP plus élevé, de 4 W sur le 230 et 8 W sur le 330 (contre 2,5 W sur un N270/Z530). En pratique, dissiper 8 W dans un appareil de petite taille nécessite un système de refroidissement évolué (au moins un ventilateur) et rend la machine au mieux bruyante au pire massive (le système étant plus imposant). Dans les faits, l’Atom 330 n’est pas adapté aux machines de 10 pouces et les seuls PC portables où il est viable sont les modèles 12 pouces.

Rappelons aussi qu’Intel a longtemps essayé de bien cloisonner ses gammes, même si actuellement (un peu avant l’arrivée de la nouvelle génération) la firme semble laisser un peu de côté le contrôle des Atom, ce qui explique l’arrivée des modèles x30 dans des netbooks et le nombre de modèles dotés d’un Atom Z.