Accueil » Actualité » Battlefield Hardline : DRM instrusif

Battlefield Hardline : DRM instrusif

Disponible depuis une semaine, Battlefield Hardline souffle le chaud et le froid auprès des joueurs et de la presse. Si la formule multijoueur classique de la licence de DICE fonctionne toujours, on reproche à cette itération policière, développée cette fois-ci par Visceral Games, un manque d’audace latent assorti d’un netcode capricieux. Comme tout blockbuster, la version PC de cet opus a eu le droit à son benchmarking.

Et c’est à l’occasion de cette séance de test que Guru3D a découvert que cette itération est livrée avec un DRM on ne peut plus restrictif. Effectivement, cette protection ne se contente pas seulement de limiter l’utilisation d’une licence du jeu à un ou plusieurs PC.

Le logiciel est également capable de détecter tout changement matériel à l’intérieur d’un seul et même ordinateur. Une petite surprise forcément handicapante lorsque l’on dresse un comparatif technique d’un jeu en utilisant plusieurs dizaines de cartes graphiques. D’après les constations de nos confrères, cinq changements de matériel (CPU, GPU etc.) seraient possibles par licence.

Image 1 : Battlefield Hardline : DRM instrusif

Passé cette limite, le DRM bloque la licence pour 24 heures par activation. Ce n’est pas la première fois qu’une protection aussi restrictive vient gratifier une production. En effet, il y a le précédent Anno 2070 paru fin 2011 (Ubisoft), lui aussi doté d’une protection capable de monitorer tout changement hardware au sein d’une configuration.

Si toutes les protections intégrées par les éditeurs à leur production ne sont pas toutes aussi drastiques, elles peuvent en revanche induire des problèmes de stabilité et de performance. On pense bien évidemment aux problèmes rencontrés par Dragon Age Inquisition affublé du DRM Denuvo.

Des pratiques toujours aussi regrettables et dommageables pour les joueurs d’autant plus que l’efficacité de ces dispositifs reste fortement discutable. Surtout quand l’on sait que d’autres solutions sont possibles, à l’image de Paradox qui préfère privilégier la multiplication des mises à jour afin de décourager la propagation des versions pirates.