Accueil » Test » BenQ XR3501 : l’écran 35″ incurvé en test » Page 2

BenQ XR3501 : l’écran 35″ incurvé en test

1 : Introduction 3 : Interface utilisateur et calibration 4 : Luminosité et contraste 5 : Echelle de gris et gamma 6 : Couleurs et gamut 7 : Angles de vue, uniformité, réactivité et input lag 8 : Conclusion

Emballage, ergonomie et accessoires

Comme d’habitude chez BenQ, le XR3501 est livré dans un carton bien renforcé au format « boite » : on tire donc l’écran au lieu de le faire glisser comme c’est le cas avec les emballages de type « valise ». Aucun assemblage n’est nécessaire puisque la base est déjà fixée à l’écran, lequel est généreusement entouré de polystyrène.

Le jeu d’accessoires est constitué du transformateur et des câbles HDMI, DisplayPort et audio analogique. Pas de CD-ROM ou de manuel en revanche, un manque qui devrait être rectifié pour les modèles disponibles dans le commerce.

Image 1 : BenQ XR3501 : l'écran 35" incurvé en test

Passé la taille assez impressionnante du XR3501, on remarque la qualité de fabrication qui est traditionnellement sérieuse chez BenQ. La base est constituée d’une seule pièce en métal, avec un revêtement chrome noir. Le pied est quant à lui en plastique mais tout de même de bonne facture, aucun jeu n’étant à déplorer. L’ergonomie est nettement moins reluisante puisqu’il faut se contenter de l’inclinaison, laquelle a au moins le mérite de pouvoir être réglée sans mouvements parasites par la suite.

Le traitement antireflets permet de conserver une excellente clarté d’image tout en se montrant efficace, alors que l’on s’attendait à ce que le XR3501 attire les reflets compte tenu de sa taille et de sa courbure. Notons par ailleurs que le bezel est très fin sur les côtés et le sommet du moniteur, ce qui permettra d’aligner deux ou trois XR3501 sans souffrir d’un décalage d’image trop important. Certes, une telle configuration nécessite un budget de 2000 ou 3000 euros, mais la courbure de 2000R promet une immersion toute particulière.

Image 2 : BenQ XR3501 : l'écran 35" incurvé en test

A propos de courbure, celle-ci se remarque quel que soit l’angle, mais c’est surtout lorsque l’on se place au-dessus du moniteur que l’on voit à quel point il est incurvé. Cette courbure se remarque sur les fenêtres à l’écran et plus généralement sur toute ligne/arrête horizontale. Ceci nécessite un léger temps d’adaptation mais quitte à nous répéter, la sensation d’immersion s’en trouve renforcée.

Image 3 : BenQ XR3501 : l'écran 35" incurvé en test

La minceur n’est clairement pas l’apanage des moniteurs incurvés, contrairement à l’Acer XG270HU testé début juillet. Ceci étant dit, l’écran de BenQ n’accuse pas une épaisseur excessive. Le fait d’avoir une alimentation déportée lui permet par ailleurs de conserver des lignes régulières aussi bien à l’horizontale qu’à la verticale. Inutile de chercher des ports USB puisqu’il n’y en a pas. BenQ a également fait l’impasse sur les haut-parleurs (faut-il vraiment s’en plaindre ?), mais la tranche inférieure de l’écran abrite une prise casque, une entrée micro ainsi qu’une sortie ligne.

Image 4 : BenQ XR3501 : l'écran 35" incurvé en test

La photo ci-dessus montre l’écran avec cache installé, lequel ne laisse que l’espace nécessaire au passage des câbles. Le reste du châssis est donc dépourvu de grilles d’aération et motifs mis à part le logo de la marque. Comme évoqué plus tôt, le pied de l’écran est en plastique, mais avec un revêtement chrome noir du plus bel effet, comme le pied. Notons également la présence d’une ouverture dans ce dernier, permettant de router ses câbles proprement. Enfin, BenQ vend en option un kit permettant de rendre le XR3501 compatible VESA 100.

Image 5 : BenQ XR3501 : l'écran 35" incurvé en test

La connectique est orientée vers le sol et franchement poussée vers l’avant du moniteur, ce qui complique un peu le branchement des connecteurs. Pour peu que l’on utilise un câble DisplayPort avec un connecteur volumineux comme c’était notre cas, l’expérience est assez déplaisante. De gauche à droite sur l’image ci-dessus se trouvent les connecteurs d’alimentation, HDMI 2 et 1, DisplayPort, Mini-DisplayPort, entrée audio, sortie ligne et prise casque. Précisons que les entrées HDMI parviennent bien à gérer les 2560×1080 pixels du moniteur (sa définition native), mais en 60 Hz au maximum. Comme d’habitude, il faut passer par le DisplayPort pour grimper à 144 Hz.

Sommaire :

  1. Introduction
  2. Emballage, ergonomie et accessoires
  3. Interface utilisateur et calibration
  4. Luminosité et contraste
  5. Echelle de gris et gamma
  6. Couleurs et gamut
  7. Angles de vue, uniformité, réactivité et input lag
  8. Conclusion