Accueil » Test » BenQ XR3501 : l’écran 35″ incurvé en test » Page 3

BenQ XR3501 : l’écran 35″ incurvé en test

1 : Introduction 2 : Emballage, ergonomie et accessoires 4 : Luminosité et contraste 5 : Echelle de gris et gamma 6 : Couleurs et gamut 7 : Angles de vue, uniformité, réactivité et input lag 8 : Conclusion

Interface utilisateur et calibration

BenQ propose l’une des interfaces à l’écran les plus complètes et bien conçues qui soient. Pour peu que l’on ait déjà utilisé un moniteur de la marque, la prise en main est quasi immédiate. La seule chose qui nous ait manqué est la télécommande  S-Switch que l’on trouve par exemple sur le XL2420G (un 24 pouces TN G-Sync). Le XR3501 doit donc se contenter de boutons classiques, situés dans le coin inférieur droit du bezel, lesquels proposent un retour satisfaisant.

Image 1 : BenQ XR3501 : l'écran 35" incurvé en test

Il suffit d’appuyer sur une des touches pour faire apparaitre un premier menu : les trois premières icônes sont programmables et permettent donc d’accéder rapidement aux fonctions essentielles, ici mode d’image, luminosité, Black eQualizer et enfin menu principal.

Image 2 : BenQ XR3501 : l'écran 35" incurvé en test

Peu importe la dernière position utilisée, le menu s’ouvre toujours sur la première option. Ce premier sous-menu dédié à l’affichage contient les fonctions PIP/PBP ainsi que le sélecteur d’entrée. Notons que le PBP permet d’afficher simultanément deux entrées vidéo côte à côte. Les ratios d’image étant fixes, la plupart des sources apparaitront avec des bandes noires. A contrario, le mode PIP est plus souple puisqu’il permet de choisir entre trois tailles de fenêtre ainsi que de positionner ces dernières dans n’importe quel coin de l’écran.

Image 3 : BenQ XR3501 : l'écran 35" incurvé en test

Le sous-menu suivant regroupe tous les réglages relatifs à la calibration, exception faire des modes d’image. Luminosité, contraste et netteté fonctionnent normalement (nos réglages sont en bas de page).

Image 4 : BenQ XR3501 : l'écran 35" incurvé en test

Cinq niveaux de gamma sont disponibles. Par défaut, l’écran est sur 3, ce qui s’est révélé trop sombre dans nos tests. En se positionnant sur 1, on obtient un gamma parfaitement fidèle de 2,2.

Image 5 : BenQ XR3501 : l'écran 35" incurvé en test

Pour ce qui est de la température des couleurs, il est possible de faire son choix entre trois profils préréglés ou bien d’opter pour un des modes personnalisables afin d’avoir accès aux curseurs RGB. Ceux-ci sont réglés sur 100 par défaut, ce qui veut dire que la calibration fera en principe légèrement baisser le contraste.

Image 6 : BenQ XR3501 : l'écran 35" incurvé en test

Le troisième sous menu regroupe des réglages d’image dits « avancés », ce qui se traduit notamment par la présence de neuf modes d’image. Par défaut, le moniteur est sur Standard, mode qui offre des résultats corrects à la sortie du carton. A défaut d’avoir une sonde, le mode SRGB est préférable. Dans le cas contraire, il convient de sélectionner l’un des modes personnalisables. Notons enfin que les modes « Gamer » ne brillent pas par la fidélité de leurs couleurs, mais l’effet produit pourra éventuellement séduire certains d’entre nous.

Black eQualizer est un contrôle de bas niveau pour le gamma, permettant d’un peu mieux distinguer les détails dans les zones sombres. Cette fonctionnalité est toutefois à utiliser avec modération parce qu’elle réduit le contraste.

Le réglage « Color Vibrance » est assez amusant : à 10 (valeur par défaut), le gamut accuse une saturation légèrement excessive. Il suffit de descendre à 9 pour avoir des valeurs plus précises. En-dessous, les couleurs perdent en saturation jusqu’à passer en noir et blanc lorsque l’on est sur 0. Au-delà de 10, les couleurs deviennent progressivement très lumineuses, presque cartoonesques compte tenu de l’augmentation de la luminance.

« Low Blue Light » est un réglage alternatif du point blanc qui passe par l’atténuation du bleu. Si le but est d’améliorer la fidélité de l’image, la calibration de l’échelle de gris permet d’atteindre de meilleurs résultats.

Nous avons déjà vu la fonctionnalité Super Resolution sur d’autres moniteurs BenQ : cette fonctionnalité renforce généralement les contours de l’image pour augmenter artificiellement sa netteté. Cependant, elle semblait tout simplement inopérante sur notre exemplaire de test : impossible de percevoir la moindre différence que ce soit avec des mires ou du contenu usuel.

Comme d’habitude, le contraste dynamique augmente la profondeur des noirs et la luminosité des blancs tout en brûlant les détails de l’image dans les deux cas. L’overscan a pour effet d’enlever 3 % des contours de l’image.

Image 7 : BenQ XR3501 : l'écran 35" incurvé en test

Le « Display Mode » qui se situe tout en bas du sous menu regroupant les réglages d’images avancés correspond aux ratios d’image. En définition native, (2560×1080), le seul choix possible est le plein écran. En revanche, une définition inférieure permet de passer en 1:1 et donc d’afficher une fenêtre, ou bien d’étendre l’image en plein écran.

Au cas où l’on utiliserait une connexion HDMI, il faut veiller à choisir la plage RGB 0-255 pour voir toutes les informations du signal.

Image 8 : BenQ XR3501 : l'écran 35" incurvé en test

Comme nous l’avons déjà évoqué, le XR3501 n’embarque pas d’enceintes, mais il est tout de même possible de régler le volume sur la sortie casque/sortie ligne et de choisir sa source audio. La fonctionnalité Auto Detect nous a permis de restituer le son aussi bien via les entrées DisplayPort que HDMI.

Image 9 : BenQ XR3501 : l'écran 35" incurvé en test

Le dernier sous-menu donne la possibilité de programmer les fonctions des trois premiers boutons situés sur le bezel.

DP et HDMI « Auto Switch » permettent tout simplement à l’écran de détecter les signaux et de choisir automatiquement les entrées vidéo.

Comme son nom l’indique « Auto Power Off » aura pour effet d’éteindre le moniteur passé une durée qu’il est possible de programmer.

Image 10 : BenQ XR3501 : l'écran 35" incurvé en test

Les informations relatives au signal d’entrée sont sommaires : définition actuelle, définition optimale et fréquence de rafraichissement. Au cas où l’on possède une carte vidéo limitée au DisplayPort 1.1, c’est ici qu’il faut le préciser. Enfin, la commande « Rest All » permet tout simplement de revenir aux réglages d’usine.

Calibration

Le XR3501 utilise donc le mode d’image Standard par défaut, lequel est assez fidèle bien que l’on puisse apercevoir des dérives sur certaines couleurs ainsi que la balance des blancs. Le fait de passer en mode sRGB permet d’obtenir un gamma quasi parfait, mais les couleurs sont légèrement trop saturées et le blanc un peu trop chaud. Il faut choisir l’un des modes personnalisables pour calibrer, puisque l’on peut alors modifier le gamma et ajuster le point blanc jusqu’à atteindre une image très fidèle. Il est également important de passer la vibrance des couleurs de 10 à 9 : l’effet sur la saturation des couleurs a beau être subtil, il est visible à l’œil nu comme à la sonde. Les autres fonctionnalités comme le Black eQualizer et Low Blue Light ne nécessitent aucun réglage vu qu’elles ne font pas gagner l’image en fidélité. Voici donc nos réglages de calibration :

Calibration du BenQ XR3501
Mode d’image
Custom 1
Luminosité de 200cd/m2
42
Luminosité de 120cd/m2
17
Luminosité de 100cd/m2
10
Luminosité de 80cd/m2
4
Contraste
50
Netteté
5
Gamma
1
Couleurs
Rouge 94, vert 96, bleu 100
Vibrance des couleurs
9

Sommaire :

  1. Introduction
  2. Emballage, ergonomie et accessoires
  3. Interface utilisateur et calibration
  4. Luminosité et contraste
  5. Echelle de gris et gamma
  6. Couleurs et gamut
  7. Angles de vue, uniformité, réactivité et input lag
  8. Conclusion