Accueil » Test » BenQ XR3501 : l’écran 35″ incurvé en test » Page 7

BenQ XR3501 : l’écran 35″ incurvé en test

1 : Introduction 2 : Emballage, ergonomie et accessoires 3 : Interface utilisateur et calibration 4 : Luminosité et contraste 5 : Echelle de gris et gamma 6 : Couleurs et gamut 8 : Conclusion

Angles de vue, uniformité, réactivité et input lag

Image 1 : BenQ XR3501 : l'écran 35" incurvé en test

Bien que l’AMVA soit une technologie similaire à l’IPS, les angles de vue sont inférieurs à cette dernière tout en restant supérieurs à ce que l’on obtient sur du TN. La perte de détails sur les côtés n’est pas gênante, mais on relève tout de même une baisse de luminosité ainsi qu’une teinte verte évidente. Même constat vu de haut : les angles de vue ont le mérite d’être constants. Ceci étant dit, la courbure prononcée du XR3501 élimine les problèmes que l’on pourrait rencontrer compte tenu de la taille du moniteur et de son format 21:9 : aucune dérive n’est perceptible quand on fait face au centre de l’écran.

Uniformité de l’écran: luminance

Image 2 : BenQ XR3501 : l'écran 35" incurvé en test

Avec une mire complètement noire, nous avons relevé une variation de l’uniformité légèrement supérieure à 10 % par rapport au centre de l’image. Ceci s’explique par la présence d’une bande verticale un peu plus lumineuse en dessous du centre de l’écran, mais elle n’est pas franchement visible sauf à utiliser le moniteur dans le noir complet. Par ailleurs, notre exemplaire de test n’accuse pas de vraies fuites de lumière.

Voyons maintenant ce qu’il en est avec une mire blanche.

Image 3 : BenQ XR3501 : l'écran 35" incurvé en test

Là encore, la bande verticale influe le résultat sans pour autant être visible à moins de vraiment chercher à la voir. Compte tenu des problèmes que peuvent induire un rétroéclairage de type Edge LED sur un format aussi large, nous n’avons pas grand-chose à reprocher au XR3501, tout comme les précédents modèles 21:9 passés par le laboratoire.

Uniformité de l’écran: couleurs

Image 4 : BenQ XR3501 : l'écran 35" incurvé en test

Aucune dérive de couleurs visible n’est à déplorer sur la dalle. Les tons blanc et gris sont parfaitement uniformes de haut en bas et de gauche à droite de l’écran.

Temps de réponse et Input lag

Image 5 : BenQ XR3501 : l'écran 35" incurvé en test

Au-delà de sa courbure unique et de sa dalle AMVA à fort contraste, un des principaux arguments du XR3501 est sa fréquence 144 Hz. Le BL3200PT s’en tire bien pour un écran 60 Hz, mais il faut nécessairement une fréquence supérieure pour améliorer le temps de réponse. Vu le résultat, l’absence de réduction du flou de mouvement n’est pas dramatique, mais à 1000 €, on aurait tout de même apprécié son implémentation.

Image 6 : BenQ XR3501 : l'écran 35" incurvé en test

Il faudrait être surhumain pour faire la différence entre 28 et 32 ms d’input lag : le XR3501 satisfera donc tous les joueurs sur ce point. D’un point de vue subjectif, nous l’avons trouvé très réactif avec tous les jeux testés et n’avons pas relevé le moindre problème, y compris avec les environnements les plus détaillés.

Ressenti en jeu

Naturellement, l’absence de G-Sync ou FreeSync va poser problème pour certains d’entre nous, a fortiori quand on voit le prix du XR3501. Mais à quel point l’absence d’une de ces deux technologies est-elle pénalisante sachant que l’écran de BenQ dispose d’une dalle 144 Hz réactive ? La réponse dépend des titres auxquels on joue.

Sous Battlefield 4, nous avons clairement constaté du tearing dans les environnements urbains, lesquels regorgent de lignes verticales (arrêtes de bâtiments et murs). Le XR3501 proposant un excellent contraste, le phénomène est encore plus visible même s’il se fait presque complètement oublier si l’on arrive à dépasser les 100 ips. En dessous, le tearing se remarque et à 40 ips ou moins, on en vient à amèrement regretter l’absence de G-Sync/FreeSync. Ceci étant dit, le XR3501 se limite à une définition de 2560×1080 : il est donc possible d’arriver à un bon débit d’image sans avoir à recourir à un SLI de GTX 980 Ti/CrossFire de Radeon R9 Fury.

Avec Far Cry 4 et Tomb Raider, l’absence de fréquence de rafraichissement variable se fait moins sentir grâce aux scènes extérieures remplies de formes irrégulières et moins contrastées qu’un environnement urbain moderne. On voit tout de même du tearing lorsque le débit d’image chute, mais encore une fois, la définition relativement peu élevée (pour un 35 pouces) du moniteur ainsi que ses 144 Hz permettent de compenser en partie l’absence de G-Sync/FreeSync.

A condition d’en accepter le prix, le XR3501 est un moniteur fantastique pour jouer qui propose à peu près tout sauf une fréquence de rafraichissement variable. Nous nous sommes régalés avec les FPS et ne seront sûrement pas les seuls dans ce cas, mais lorsque l’on commence à réfléchir au rapport prestations/prix, l’équation se complique un peu.

Sommaire :

  1. Introduction
  2. Emballage, ergonomie et accessoires
  3. Interface utilisateur et calibration
  4. Luminosité et contraste
  5. Echelle de gris et gamma
  6. Couleurs et gamut
  7. Angles de vue, uniformité, réactivité et input lag
  8. Conclusion