Accueil » Test » BenQ XR3501 : l’écran 35″ incurvé en test » Page 8

BenQ XR3501 : l’écran 35″ incurvé en test

1 : Introduction 2 : Emballage, ergonomie et accessoires 3 : Interface utilisateur et calibration 4 : Luminosité et contraste 5 : Echelle de gris et gamma 6 : Couleurs et gamut 7 : Angles de vue, uniformité, réactivité et input lag

Conclusion

Les benchmarks et les sessions de jeu nous ont convaincus des qualités du XR3501, mais il faut bien dire que le rapport prestation/prix est plus complexe à juger.

Image 1 : BenQ XR3501 : l'écran 35" incurvé en test

Pour revenir aux qualités du XR3501, le contraste de sa dalle AMVA est tout simplement excellent. On ne parle pas ici d’une performance légèrement meilleure par rapport aux produits concurrents, mais d’un écart qui saute aux yeux : le fait d’afficher un contraste deux fois plus élevé à luminosité égale (au maximum) se traduit par des noirs deux fois plus profonds. L’écart entre 0.2 et 0.1 cd/m2 saute aux yeux et se manifeste par une profondeur d’image et un réalisme accru. Après avoir joué à Far Cry 4 sur un écran de ce genre, retourner à un écran proposant un contraste de 1000:1 n’est pas franchement agréable.

Autre point notable, le XR3501 permet d’atteindre 144 Hz sans avoir à passer par une dalle TN. La montée en fréquence au-delà de 60 Hz a été longue à venir dans le cas des écrans IPS et même si certains moniteurs TN proposent une bonne qualité d’image, l’IPS et ses dérivés restent supérieurs grâce à des angles de visions plus larges, un gamma plus régulier ainsi qu’une meilleure uniformité.

La colorimétrie constitue un autre point fort du XR3501 : le mode d’image par défaut (Standard) propose des performances correctes, lesquelles peuvent être améliorées en passant tout simplement sur le profil sRGB. Mieux encore, le moniteur est capable de parvenir à un niveau proche des écrans professionnels après calibration. Les couleurs ne manquent pas de saturation et grâce à l’excellence du gamma et  de l’échelle de gris, elles sont également fidèles.

Impossible de faire l’impasse sur la courbure prononcée du XR3501. Bon nombre d’entre nous se demandent pourquoi les écrans incurvés existent et nous pensons effectivement qu’ils ne s’adressent pas à tout le monde. Même si leur prix devait chuter brusquement, il nous semble peu probable que le grand public adopte massivement ce type d’écrans. Loin de nous l’idée de penser qu’il faut un écran incurvé pour jouer, mais cette caractéristique nous a plu sur chacun des modèles testés, parmi lesquels le XR3501 est notre favori du moment.

Pour un usage purement bureautique, on choisirait en revanche un écran proposant une courbure 3800R sachant que la distorsion est alors nulle. La courbure 2000R provoque au contraire une distorsion en coussinet visible à l’œil nu, bien que n’entrainant pas d’effets secondaires sur le texte. Ceci peut être un avantage : lorsqu’il s’agit de retoucher des photos, regarder des vidéos ou jouer, cette courbure prononcée couvre mieux le champ visuel et fait mieux oublier l’environnement autour du moniteur.

D’autres points pourront être rédhibitoires aux yeux de certains : pour ceux parmi nous qui veulent impérativement G-Sync/FreeSync, circulez, il n’y a rien à voir. Par ailleurs, le XR3501 se limite à 1080 lignes en hauteur mais encore une fois, nous ne pouvons qu’encourager à le voir en fonctionnement avant de le condamner sur ce point. Rappelons par ailleurs qu’une définition de 2560×1080 ne représente « que » 33,33 % de pixels supplémentaires par rapport à du full HD, ce qui veut dire qu’une carte graphique comme la GTX 970 ou la R9 290X permet de jouer dans de bonnes conditions sous réserve de ne pas abuser de l’anti-aliasing.

Image 2 : BenQ XR3501 : l'écran 35" incurvé en test

Au final, le BenQ XR3501 a quelque chose du casse-tête : il procure une excellente image et renforce l’immersion tout en étant en retrait sur d’autres points et n’est clairement pas accessible à tous. La concurrence est rude avec des moniteurs comme l’Acer XB270HU, lequel propose G-Sync, une dalle IPS ainsi qu’une définition de 2560×1440 pour 250 euros de moins.

Quoi que l’on puisse en penser, le XR3501 propose une superbe qualité d’image, une bonne finition ainsi que d’excellentes performances. Pour ces raisons, nous lui décernons une distinction.

Image 4 : BenQ XR3501 : l'écran 35" incurvé en test

BenQ XR3501

1200€

On aime : Dalle AMVA à fort contraste, couleurs lumineuses et saturées, bonne colorimétrie, 144 Hz, qualité de fabrication, courbure très immersive.

On n’aime pas : Absence de G-Sync/FreeSync, 1080 lignes en hauteur, prix.

Verdict : Bien que le marché évolue très vite ces derniers temps, aucun moniteur orienté jeux n’est parvenu à réunir toutes les qualités. BenQ a créé un produit unique : certains n’accepteront pas l’absence de G-Sync/FreeSync ainsi que les 1080 lignes en hauteur, tandis que d’autres seront séduits par la courbure prononcée et la superbe dalle AMVA. Chacun jugera donc en fonction de ses priorités.

Sommaire :

  1. Introduction
  2. Emballage, ergonomie et accessoires
  3. Interface utilisateur et calibration
  4. Luminosité et contraste
  5. Echelle de gris et gamma
  6. Couleurs et gamut
  7. Angles de vue, uniformité, réactivité et input lag
  8. Conclusion