Accueil » Actualité » « Bouclier de confidentialité », l’Europe ne fait toujours pas confiance aux États-Unis

« Bouclier de confidentialité », l’Europe ne fait toujours pas confiance aux États-Unis

Le « Bouclier de confidentialité » n’offre pas des garanties suffisantes. Les autorités européennes de régulation estiment que les données personnelles des citoyens de l’Union ne sont pas correctement stockées outre-Atlantique.

Image 1 : « Bouclier de confidentialité », l’Europe ne fait toujours pas confiance aux États-UnisEurope

Les autorités européennes de régulation ont une opinion défavorable de l’accord « Bouclier de confidentialité » passé entre les États-Unis et l’Union européenne. Il régit le transfert des données personnelles des citoyens européens vers les serveurs outre-Atlantique des grandes compagnies du web, comme Facebook ou Google pour ne citer que les plus grands. L’opinion négative signifie que le « Bouclier de confidentialité » pourrait être annulé s’il est remis en question devant la Cour de justice européenne.

La confidentialité des citoyens toujours en danger

Le « Bouclier de confidentialité » fut conçu en urgence en réponse aux problèmes rencontrés par les compagnies qui dépendaient de la « Sphère de sécurité ». Cet ancien système fut invalidé l’an dernier par la Cour de justice européenne. Depuis 2000, il régissait le transfert des données personnelles des citoyens de l’Union vers les États-Unis. Selon les juges, les États-Unis utilisaient malgré tout ces données pour espionner les citoyens européens, ce qui constituait une entrave à la vie privée. Le « Bouclier de confidentialité » est censé offrir plus de protections, mais les autorités européennes estiment qu’elles ne sont pas suffisamment précises et importantes, ce qui a justifié leur avis défavorable.

Pour en savoir plus sur la sphère de sécurité et ses conséquences :
Sphère de sécurité : l’Europe ne fait plus confiance aux États-Unis
La CNIL met Facebook en demeure
Facebook est aussi un problème dans le couple européano-américain