Accueil » Actualité » Bouygues Telecom veut du G.Fast en plus de la fibre

Bouygues Telecom veut du G.Fast en plus de la fibre

Bouygues Telecom est un petit FAI, et la société trouve que le déploiement de la fibre optique en technologie FTTH (Fiber To The Home, la fibre arrive directement chez l’abonné) est onéreux. Si Bouygues travaille aussi avec Numericable pour une solution de type FTTLA (Fiber To The Last Amplifier, la fibre arriver au pied de l’immeuble et les données sont transmises avec un câble coaxial), la société veut aussi utiliser une autre technologie : le FTTDP (Fiber to the Distribution Point).

Fibre puis DSL

Le fonctionnement est simple : la fibre est amenée au pied de l’immeuble, et les derniers mètres, entre le point de distribution et l’abonné, utilisent une technologie de type DSL. Alcatel-Lucent donne un nom à cette technologie, G.Fast, et elle permet — comme nous en parlions dans notre dossier sur la technologie VDSL2 — des débits proches de ceux de la fibre optique. On peut espérer atteindre 500 mégabits/s sur une ligne de 100 mètres et les débits restent très élevés (150 mégabits/s) sur une ligne de 250 mètres. Pour relier les abonnés d’un immeuble à un point de distribution qui est au niveau de la rue, les câbles en cuivre ne devraient pas dépasser cette distance, ce qui rend cette solution intéressante d’un point de vue des performances et d’un point de vue financier.

G.FastG.Fast

Bien évidemment, le FTTH reste la solution la plus efficace et la plus pérenne, étant donné ses possibilités d’évolutions, mais le FTTLA et le FTTDP ont l’avantage de pouvoir amener le très haut débit à moindre coût. A noter que le G.Fast n’a pas encore été validé par l’ITU (Union Internationale des Télécommunications en français) mais qu’il devrait l’être d’ici quelques mois.