Accueil » Actualité » BPG, un remplaçant du JPEG basé sur la compression HEVC

BPG, un remplaçant du JPEG basé sur la compression HEVC

Image 1 : BPG, un remplaçant du JPEG basé sur la compression HEVC

La majorité des images numériques qui sont créées et échangées à travers le monde le sont dans un format universel vieux de 22 ans : le JPEG. Or, un tel laps de temps en informatique revient à remonter à l’âge de pierre. Les progrès réalisés depuis dans les méthodes de compression permettraient d’obtenir de bien meilleurs résultats. C’est l’idée derrière BPG, Better Portable Graphics, un format d’image dérivé du tout nouveau codec vidéo HEVC (H.265).

Techniquement, le BPG a de gros avantages. Il réalise un meilleur rapport de compression à qualité égale. Il peut travailler sur 14 bits par couleur (contre 8 bits pour le JPEG), ce qui préserve la dynamique de l’image. Il supporte également un canal alpha, absent du JPEG. 

Au vu des exemples postés par ses créateurs, le BPG offre un tel gain en qualité qu’il pourrait rapidement s’imposer. En outre, les éditeurs de logiciels n’auraient pas une tâche trop difficile pour le prendre en charge : non seulement le codec est libre publié sous licence BSD, mais en plus sa parenté avec le H.265 fait que bon nombre de décodeurs matériels peuvent le traiter.

Le vrai problème du BPG est que depuis l’invention du JPEG, de nombreux formats ont eu l’intention de le remplacer, sans succès jusqu’à présent. À l’heure actuelle, le BPG a un principal concurrent : le WebP promu par Google, dont les performances sont proches. Mais le WebP est boudé par Mozilla, qui considère qu’il n’apporte pas assez de gains pour compenser ses inconvénients (notamment son incompatibilité avec l’existant). La fondation Mozilla préfère Mozjpeg, un encodeur JPEG qui améliore un peu la qualité (de 5 %) tout en maintenant une compatibilité parfaite avec les décodeurs existants. La fondation pourrait toutefois adopter le BPG, qui offre les meilleures performances.