Accueil » Actualité » Carlo Bozotti, P.D.G de STMicroelectronics, serait-il sur le point de partir ?

Carlo Bozotti, P.D.G de STMicroelectronics, serait-il sur le point de partir ?

Image 1 : Carlo Bozotti, P.D.G de STMicroelectronics, serait-il sur le point de partir ?Carlo Bozotti

STMicroelectronics a publié la semaine dernière ses résultats financiers pour son troisième trimestre 2015, mais au-delà des chiffres toujours en baisse, c’est le sort de la division produits numériques qui est incertain et celui de son P.D.G, Carlo Bozotti, qui semble l’être encore plus. Le chiffre d’affaires publié est de 1,764 milliards de dollars (1,6 milliard d’euros), ce qui représente une baisse de 6,47 % comparativement à la même période l’année dernière. Les bénéfices augmentent de 25 % pour atteindre 90 millions de dollars (81,63 millions d’euros). Néanmoins, il faut noter que la firme a profité de 14 millions de dollars (12,70 millions d’euros) à la suite d’un accord passé avec une agence fiscale. Le communiqué n’en dit pas plus, mais si l’on retire ce montant exceptionnel, les bénéfices stagnent comparativement aux 72 millions de dollars de l’an dernier.

L’un des grands thèmes de la conférence de presse fut le groupe produits numériques qui inclut les décodeurs et produits télécoms (chipsets DOCSIS entre autres), les circuits ASIC et les capteurs photo. Cette division continue de perdre de l’argent et des rumeurs affirmaient que M. Bozotti allait abandonner cette activité, à l’exception de l’imagerie, ce qui aurait mené à des licenciements importants à Grenoble et Crolles.

Qui du P.D.G ou du groupe produits numériques partira le premier ?

Néanmoins, depuis la publication des résultats financiers, les projecteurs se sont tournés vers le P.D.G lui-même et son avenir au sein de la société. Il faut dire que les critiques s’accumulent. Les représentants syndicaux ont publié en juin dernier une lettre reprochant à M. Bozotti d’avoir une vision « court-termisme ». Durant ses 10 ans de règne, STMicroelectronics, qui était le 3e fabricant mondial de semiconducteurs, est tombée à la 11e place alors que la rémunération du dirigeant a augmenté de 258 %. Enfin, juste avant la publication des résultats financiers la semaine dernière, le cabinet Secafi a publié un rapport d’expertise qui dénonce le manque de « visions » et qui appelle au renouvellement de la direction.

Bref, la pression exercée sur M. Bozotti est loin d’être nouvelle, mais de récents développements nous font dire qu’il est possible qu’il ait déjà un pied dehors. Selon, le site L’Usine Digitale, Bercy se serait récemment joint aux critiques des syndicats ce qui est nettement plus grave pour le P.D.G qu’une lettre de la CGT. Pour rappel, la France et l’Italie possèdent plus de 25 % de la société. De plus, le plan de restructuration du groupe produits numériques qui devait être annoncé la semaine dernière a été curieusement reporté à 2016, toujours sous la pression de Bercy, selon nos confrères. Aucune raison n’a été donnée pour ce report qui peut être perçu comme un indice de plus pointant vers un remaniement de l’exécutif. D’ailleurs, lorsque durant la conférence de la semaine dernière, un analyste de Baader-Helvea Equity Research a demandé à M. Bozotti ses plans d’investissement pour fin 2015 et 2016, le P.D.G a curieusement demandé à son directeur financier, Carlo Ferro, de répondre à la question, ce dernier ayant fourni une réponse très sommaire.

Il est important de prendre du recul et de ne pas trop lire entre les lignes, mais l’absence d’explication sur ses plans d’investissement et le report du projet de restructuration du groupe produits numériques nous ont surpris. Tout ceci nous oblige donc à demander si le départ de M. Bozotti n’est pas déjà scellé en interne. Nous devrions être fixés d’ici la fin de l’année, voire le début de l’année prochaine.