Accueil » Actualité » Ce n’est pas une blague, Sony va vendre son SmartEyeglass

Ce n’est pas une blague, Sony va vendre son SmartEyeglass

Image 1 : Ce n'est pas une blague, Sony va vendre son SmartEyeglassSony SmartEyeglassSony a présenté le week-end dernier son SmartEyeglass, l’équivalent de Google Glass, mais en nettement plus gros, nettement plus encombrant et nettement plus bizarre. Les verres des lunettes intègrent un écran qui permet de superposer des informations sur ce que l’on est en train de voir. Le système est donc identique à un système de réalité augmenté. Elles fonctionnent avec un smartphone Android 4.1 ou plus.

Un produit qui n’aurait pas dû sortir des laboratoires

Les SmartEyeglass communiquent avec le smartphone à l’aide d’un module Bluetooth et Wi-Fi. Elles intègrent un écran monochrome de 419 x 138, une caméra 3 Megapixels, mais le microphone est placé sur la télécommande qui alimente aussi l’appareil, ce qui nous semble assez maladroit pour un système que l’on ait censé contrôler avec la voix. On comprend la nécessité d’avoir une grosse batterie, mais l’espèce de palet que l’on doit porter à la main pour utiliser l’appareil montre que la technologie n’est pas encore prête. En fait, on a du mal à croire qu’une société qui était auparavant connue pour son sens du design décide de commercialiser quelque chose d’aussi gros et aussi étrange. En effet, au-delà du fait que les lunettes sont connectées à une sorte de télécommande dont le fil traverse le coin du visage, la vidéo montre un usage plus dérangeant qu’intéressant. Il semblerait qu’il soit possible de prendre des photos ou passer à un mode de reconnaissance des visages, sans que les personnes qui vous regardent en soient alertées. La vidéo montre l’utilisateur regardant une personne et une série d’information apparaissant automatiquement, détaillant son nom et sa profession. Sony n’a apparemment pas suivi les débats autour du respect de la vie privée qui ont surgi à la sortie de Google Glass.

SmartEyeglass n’est pas un concept. Sony a publié le kit de développement pour la plateforme le 19 septembre dernier et il parle d’une commercialisation d’ici la fin de l’année à un prix qui reste inconnu. Il a déjà montré quelques applications. Néanmoins, à l’heure où la firme est en train de perdre beaucoup d’argent, il est clair que ce genre de distraction ne va pas l’aider (cf. « Les smartphones coulent Sony »).

Sony SmartEyeglass