Accueil » Actualité » Ce radiateur double les débits des SSD

Ce radiateur double les débits des SSD

Image 1 : Ce radiateur double les débits des SSDL’adaptateur Angelbird Wings PX1 et son radiateur (photo : Anandtech)

Mettre un radiateur sur un SSD peut doubler ses débits. Non, malgré les apparences, nous n’essayons pas de faire de l’humour. C’est le résultat surprenant qu’ont constaté nos collègues d’Anandtech en testant l’adaptateur Angelbird Wings PX1 avec des SSD Samsung 950 Pro.

Ces SSD sont au format M.2 et utilisent une interface PCI-Express 3.0 4x, un lien délivrant jusqu’à 4 Go/s. Samsung elle-même annonçait des performances allant jusqu’à 2,5 Go/s pour le 950 Pro de 512 Go, des chiffres que l’on retrouve dans des benchmarks rapides.

L’adaptateur Angelbird Wings PX1 est une carte PCI-Express 4x dotée d’un socket M.2. Elle permet donc d’installer un SSD M.2 sur n’importe quelle carte mère, non dotée du port M.2. Ce genre de produit est légion sur le marché, mais le modèle Angelbird est livré avec un radiateur couvrant tout la surface d’un SSD M.2.

Image 2 : Ce radiateur double les débits des SSDImage 3 : Ce radiateur double les débits des SSD

Après l’avoir installé, nos confrères ont découvert que les débits en lecture et écriture séquentielles étaient transformés. Les gains les plus impressionnants sont obtenus sur le 950 Pro de 512 Go avec, par exemple, de 750 Mo/s à 1,5 Go/s en écriture ou de 1,2 Go/s à 2,2 Go/s en lecture. Dans ces situations très stressantes pour la mémoire Flash (toutes les puces sont utilisées au maximum de leur vitesse), le SSD est en fait obligé de se restreindre pour éviter la surchauffe. Une fois refroidi, il peut se débrider.

Image 4 : Ce radiateur double les débits des SSD

Attention toutefois, ce genre de gains n’est constaté que pendant des sessions d’écriture ou de lecture séquentielle soutenues. Si le test est suffisamment court, il n’y a pas de surchauffe et donc pas de ralentissement. De même, dans la plupart des cas d’utilisation réels, mêlant écritures et lectures séquentielles et aléatoires, les gains sont beaucoup plus mesurés, pour ne pas dire inexistants.