Accueil » Actualité » Cities Skylines : succès et lutte contre le piratage

Cities Skylines : succès et lutte contre le piratage

Sorti le 10 mars dernier, Cities Skylines est d’ores et déjà le plus gros succès de Paradox Interactive. En seulement six jours de commercialisation, ce ne sont pas moins de 500 000 unités qui se sont écoulées sur PC. Un succès aussi bien commercial que critique pour l’éditeur suédois, puisque aussi bien la presse que les joueurs saluent les qualités de ce city builder.

Après la déception engendrée par la dernière itération de Sim City, le titre a su manifestement tirer son épingle du jeu en drainant un public ne jurant encore que par Sim City 4. Dans la foulée Shams Jorjani, vice-président des acquisitions chez Paradox, a publié une estimation sur le pourcentage de copies piratées pour Cities Skylines. Selon lui, aucune version pirate ne circulait le jour de la parution et 16% de copies illégales ont été téléchargées dès le deuxième jour (environ 40 000).

Pour contrer ce phénomène, le dirigeant revient sur la philosophie mise en place dans sa lutte face au piratage. Là où la plupart des éditeurs choisissent la voie bête et méchante des DRM intrusifs, Paradox a choisi de combattre celui-ci par un flux tendu de mises à jour gratuites.

Image 1 : Cities Skylines : succès et lutte contre le piratage

Publié sur la plateforme Steam, il est très facile pour les développeurs de multiplier les petits correctifs afin de les mettre à disposition des joueurs rapidement à l’aide de mises à jour automatiques. Bien évidemment, les pirates peuvent également eux aussi publier de nouvelles versions illégales contenant ces patchs. Toutefois, comme l’explique Jorjani en prenant comme exemple Magicka, la stratégie consiste à « inonder » le jeu de petites mises à jour peu après sa sortie.

Ainsi, ce dernier s’est vu enrichir de pas moins 14 correctifs en seulement 13 jours, de quoi lasser les pirates selon lui. Rendre la version payante plus attractive en lui ajoutant une plus-value en terme de suivie, une stratégie qui contraste d’autant plus avec les DRM restrictifs (et parfois techniquement gourmand) auxquels le joueur est souvent confronté.