Accueil » Actualité » Cloud Computing : la sécurité de nouveau pointée du doigt

Cloud Computing : la sécurité de nouveau pointée du doigt

Pour bien des entreprises, le premier frein à l’adoption du Cloud a trait à la sécurité de leurs informations. Le dernier rapport de l’institut Ponemon jette le trouble en démontrant le peu d’intérêt porté par les fournisseurs Cloud à ces problèmes.

Image 1 : Cloud Computing : la sécurité de nouveau pointée du doigtL’étude a porté sur 127 fournisseurs de services Cloud dont 123 aux USA et 24 en Europe. Dans son rapport, sponsorisé par CA Technologies, Ponemon met en évidence les profondes divergences de vue entre les fournisseurs de Cloud Computing et leurs clients. En effet plus des trois-quarts des prestataires (79%) affectent moins de 10% de leurs effectifs techniques aux tâches de contrôle et de sécurisation. Un comportement somme toute logique quand on sait que moins de 20% des fournisseurs de services (aux USA comme en Europe) considèrent la sécurité comme un avantage concurrentiel. Pire encore, moins de 30% des prestataires y voient une responsabilité importante.

Dans un même ordre d’idée, 69% des fournisseurs de Cloud considèrent que la sécurité dans le Cloud est avant tout la responsabilité des utilisateurs (un avis qui n’est partagé que par 35% des utilisateurs de Cloud). Voilà qui ne va pas rassurer les 68% d’utilisateurs qui estiment que leur propriété intellectuelle est trop sensible pour être exposée dans le nuage. Pour Dr. Larry Ponemon, Président et fondateur de Ponemon Institute, « les utilisateurs doivent être conscients qu’il est de leur responsabilité d’évaluer les risques avant d’entamer toute migration dans le nuage. Ils doivent donc scrupuleusement évaluer leurs fournisseurs potentiels, ainsi que leurs applications et infrastructures, pour en apprécier la capacité de protection des données. Enfin, les utilisateurs et fournisseurs doivent réaliser qu’il est de leur responsabilité commune de créer un environnement sécurisé de traitement de l’information. »

L’étude complète est à voir ici.