Accueil » Dossier » Combien consomment nos écrans ? » Page 2

Combien consomment nos écrans ?

1 : Introduction 3 : Technologies LCD 4 : Ecrans LCD de test 5 : CRT et configuration du test 6 : Impact de la connectique : VGA vs DVI 7 : Lecture vidéo et bureautique 8 : Réglages de luminosité 9 : Conclusion

CRT vs LCD

Image 1 : Combien consomment nos écrans ?Passons rapidement sur les moniteurs CRT (Cathode Ray Tube) : ceux-ci sont composés d’un canon à électrons qui envoie un flux vers une surface phosphorescente qui recouvre l’intérieur de l’écran. Un champ magnétique entre le canon et l’écran dévie les électrons ligne par ligne jusqu’à 120 fois par seconde, générant ainsi le balayage. On peut considérer qu’il faut un minimum de 75 Hz pour ne plus percevoir de scintillement, tandis qu’une valeur supérieur ou égale à 85 Hz constitue l’idéal.

Par ailleurs, les écrans CRT sont assemblés avec un cône de verre et tous les problèmes que ce dernier engendre : imposant, lourd, fragile sensible aux champs magnétiques, pas vraiment écologique vu la présence d’éléments/revêtements toxiques, sifflement, risque d’implosion (le tube est sous vide) et rayons x. S’ils ont encore quelques avantages (temps de réponse, pas d’interpolation) et trouvent encore quelques partisans, ils ont tiré leur révérence à l’échelle du grand public depuis quelques années.

Contrairement aux CRT, les LCD ont une résolution native qu’il faut utiliser en permanence pour avoir la meilleure image possible. D’autre part, on gagne aussi à utiliser une connexion numérique au lieu d’un connecteur VGA puisque celui-ci fait transiter un signal analogique qui sera ensuite renumérisé par l’écran.

Vu qu’ils constituent l’immense majorité du marché, on ne parlera ici que d’écrans LCD à matrice active TFT (Thin-film transistor). Ces écrans sont basés sur un substrat TFT qui contient les transistors, résistances câblages et électrodes pour appliquer une tension entre celui-ci et le filtre de couleurs où se situent les sous-pixels rouge vert et bleu. Les cristaux liquides sont injectés entre les deux plaques de verre, après quoi deux feuilles de pellicule polarisante sont alors attachées à la surface extérieure de l’ensemble. Enfin, on libère  des lignes de données pour raccorder des circuits intégrés (LCD driver IC). Chaque pixel est adressable individuellement à partir des languettes de connexion au bout des rangées et colonnes, puisque tous sont connectés à travers la matrice. Il s’agit du principal avantage des affichages à matrice active.

Sommaire :

  1. Introduction
  2. CRT vs LCD
  3. Technologies LCD
  4. Ecrans LCD de test
  5. CRT et configuration du test
  6. Impact de la connectique : VGA vs DVI
  7. Lecture vidéo et bureautique
  8. Réglages de luminosité
  9. Conclusion