Accueil » Actualité » Comment bien utiliser son NAS » Page 5

Comment bien utiliser son NAS

1 : Introduction 2 : Quel type de NAS choisir ? 3 : Le meilleur mode RAID pour protéger les données ? 4 : RAID 5 et RAID 6 : haute redondance, haute capacité 6 : Synchronisation et réplication des données 7 : Conclusion

Sauvegarder vos données : sur site, hors site et dans le cloud

Vous avez sans doute lu sur un forum un commentaire du style « Je n’ai pas besoin de sauvegarde, mais disques durs sont en RAID ! ». C’est totalement faux : il y a une différence significative entre redondance et sauvegarde.

Une grappe RAID préserve les données et l’accès à celles-ci en cas de panne d’un disque ; une sauvegarde consiste à dupliquer les données afin de pouvoir les restaurer en cas de panne de n’importe quel type.

Le RAID n’est pas un système de sauvegarde

En matière de perte de données, la panne d’un disque dur n’est qu’un scénario parmi d’autres : les virus, les incendies et même les erreurs humaines (effacement accidentel) en sont tout aussi bien à la source ! Avis à nos lecteurs : ce que votre ordinateur contient de plus précieux n’est pas votre processeur, votre carte graphique ni même votre disque dur lui-même, mais bien vos données. Donc, sauvegardez-les régulièrement et ne vous fiez pas à une grappe RAID.

Sauvegarde sur site

La sauvegarde la plus pratique est celle que l’on effectue sur site, par exemple à l’aide d’un disque dur externe. Tous les ordinateurs et NAS récents sont équipés d’un ou plusieurs ports USB 3.0. Ceux-ci sont nettement plus rapides que les ports USB 2.0 et réduisent donc considérablement la durée de la sauvegarde. Qui plus est, les disques durs externes sont aujourd’hui particulièrement peu onéreux ; on trouve des modèles 3 To à 100 €, ce qui est négligeable par rapport au coût d’une société de récupération de données.

Image 1 : Comment bien utiliser son NAS

La plupart des NAS, notamment ceux vendus par Asustor, Qnap, Synology et Thecus (les fabricants les plus connus), contiennent des routines de sauvegarde dans leur firmware. En général, un assistant permet d’indiquer quelles données sauvegarder et à quelle fréquence ; même un utilisateur lambda s’en sortira sans peine.

Il est toutefois recommandé de stocker le support de sauvegarde hors site. La sauvegarde la plus complète et la plus régulière ne vous sera d’aucun secours si personne ne prend la peine de débrancher le disque externe du NAS et de le mettre dans un coffre, comme peuvent en témoigner les victimes d’incendie, d’inondation, de la foudre ou plus simplement de l’activation d’un extincteur.

Si vous procédez à une sauvegarde sur site, stockez le support dans un coffre étanche et ignifuge. L’avantage est que la sauvegarde se trouve sur place quand on en a besoin ; pas besoin de connexion internet pour restaurer les données.

Idéalement, il faudrait également stocker une deuxième copie des données, peut-être légèrement plus vieille, sur un autre site : un coffre à la banque, le domicile du directeur ou celui d’un employé de confiance, par exemple.

Sauvegarde en cloud

La sauvegarde du NAS dans le cloud est une autre possibilité ; certains modèles récents comme le Synology DS1513+ proposent cette fonctionnalité par défaut. Comme dans le cas d’une sauvegarde locale, il est possible de configurer l’heure de lancement et l’intervalle de la sauvegarde.

Le tarif varie selon le fournisseur d’espace de stockage : forfait mensuel, coût proportionnel à l’espace occupé et/ou à la bande passante consommée. L’un des services cloud les plus populaires du moment, Amazon S3, utilise le dernier modèle tarifaire. Nous vous recommandons de procéder à votre propre analyse financière afin de déterminer le fournisseur convenant le mieux à vos besoins.

N’oubliez toutefois pas que la vitesse de la sauvegarde et, plus important encore, de la restauration des données en cloud dépend au final de la vitesse de votre connexion internet ; si vous avez beaucoup de données à dupliquer, cette solution peut s’avérer totalement inadaptée. Il convient également de prendre en considération les risques liés à l’envoi de données sur internet, surtout au vu des récents scandales impliquant la NSA et le GCHQ.

Image 2 : Comment bien utiliser son NAS

Sauvegarde hors site

Si vous pensez que les données de votre PME ne risquent pas d’intéresser la NSA et si vous trouvez plus pratique d’effectuer vos sauvegardes via internet (après tout, cela évite de devoir brancher-débrancher un support externe et le ranger dans un coffre), les NAS des grands fabricants ont également quelque chose pour vous.

La manière la plus simple de procéder est d’acheter non un mais deux NAS de la même marque, d’en laisser un au bureau et d’installer le deuxième hors site, par exemple au domicile du chef d’entreprise. Bien que la vitesse de votre connexion internet soit une fois encore un facteur limitatif, cette solution comporte un avantage de taille : la première sauvegarde peut s’effectuer via le réseau local.

Ensuite, toutes les autres sauvegardes sont différentielles : seuls les fichiers ajoutés ou modifiés doivent être transmis, ce qui fait de la sauvegarde via internet une option parfaitement envisageable.

Mieux encore, le deuxième NAS peut servir à autre chose que simplement recevoir les données sauvegardées. Si vous souhaitez répliquer vos données sur deux sites différents ou peut-être synchroniser des dossiers entre les postes de travail et les NAS, certains fabricants comme Qnap et Synology ont ce qu’il vous faut.

Sommaire :

  1. Introduction
  2. Quel type de NAS choisir ?
  3. Le meilleur mode RAID pour protéger les données ?
  4. RAID 5 et RAID 6 : haute redondance, haute capacité
  5. Sauvegarder vos données : sur site, hors site et dans le cloud
  6. Synchronisation et réplication des données
  7. Conclusion