Accueil » Dossier » Comment monter son PC de jeu passif » Page 17

Comment monter son PC de jeu passif

1 : Introduction 2 : Boîtier : caractéristiques et fonctionnalités 3 : Le boitier sous tous les angles 4 : SilverStone Nightjar ST40NF 400W 5 : Lecteur Blu-ray 6 : Stockage : SSD Corsair Neutron GTX 480 Go 7 : Carte mère et processeur : des choix difficiles 8 : Dissipateur processeur : SilverStone Heligon HE02 9 : Assemblage et installation du dissipateur CPU 10 : Installation de la carte mère : une étape délicate 11 : Fonctionnement, benchmarks et conclusion préliminaire 12 : Amélioration des performances graphiques 13 : Une GTX 650 passive 14 : CrossFire : A10-5700 et Radeon HD 6670 15 : Températures à pleine charge 16 : Installation d’un ventilateur ultra silencieux 18 : Conclusion

Activation automatique du ventilateur : la solution interrupteur thermique

On peut maintenant s’amuser un peu et mettre en place notre propre interrupteur à sonde thermique. Ce dernier nécessite un minimum de 12 Volts DC, ce qui ne pose aucun problème aux prises molex de l’alimentation.

Pour assurer des connexions plus propres, le fabricant de notre interrupteur a fait une soudure à l’extrémité de chaque câble.

Image 1 : Comment monter son PC de jeu passif

La sonde thermique incluse (une thermistance) se branche avec un câble d’une longueur maximale d’un mètre. Nous avons utilisé un simple fil de cuivre isolé de 30 cm et maintenu les câbles ensemble avec un adhésif électrique.

Image 2 : Comment monter son PC de jeu passif

Les connexions du thermistor doivent impérativement être isolées de manière à ne pas rentrer en contact avec une surface métallique, ce qui est possible avec une gaine thermoformée ou tout simplement un adhésif isolant à condition d’éloigner ce dernier des parties les plus chaudes du dissipateur. Le thermistor est relié au ventilateur avec un adhésif semblable à celui utilisé pour les radiateurs mémoire,  sachant que l’on peut toujours le placer dans une feuille d’aluminium attachée à un caloduc du dissipateur CPU avec un serre-câble. Quelle que soit l’option choisie, il faut mettre en place le thermistor avant d’installer le radiateur pour éviter de s’entailler les mains.

Il convient ensuite de choisir la bonne température pour l’activation de l’interrupteur en sollicitant la configuration tout en surveillant son comportement thermique avec un logiciel comme Core Temp ou AIDA64. Nous avons choisi un seuil de 40 °C, mesuré à l’arrière du Heligon HE02 avec un thermomètre infrarouge.

Un kit comme celui-ci ayant pléthore d’utilisations possibles, il n’y a pas de guide d’utilisation spécifique à notre cadre et l’on prend donc le risque de griller un composant par manque de connaissance. De plus, il nous a fallu procéder à deux échanges avant de tomber sur un interrupteur qui fonctionne normalement. Il est crucial d’avoir des températures d’activation/désactivation suffisamment éloignées pour éviter que le cycle marche/arrêt ne soit trop répétitif (ce qui s’entend). À vrai dire, nous nous sommes beaucoup amusés avec ce montage.

Sommaire :

  1. Introduction
  2. Boîtier : caractéristiques et fonctionnalités
  3. Le boitier sous tous les angles
  4. SilverStone Nightjar ST40NF 400W
  5. Lecteur Blu-ray
  6. Stockage : SSD Corsair Neutron GTX 480 Go
  7. Carte mère et processeur : des choix difficiles
  8. Dissipateur processeur : SilverStone Heligon HE02
  9. Assemblage et installation du dissipateur CPU
  10. Installation de la carte mère : une étape délicate
  11. Fonctionnement, benchmarks et conclusion préliminaire
  12. Amélioration des performances graphiques
  13. Une GTX 650 passive
  14. CrossFire : A10-5700 et Radeon HD 6670
  15. Températures à pleine charge
  16. Installation d’un ventilateur ultra silencieux
  17. Activation automatique du ventilateur : la solution interrupteur thermique
  18. Conclusion