Accueil » Actualité » Compact Flash : ça évolue encore

Compact Flash : ça évolue encore

Image 1 : Compact Flash : ça évolue encore

Le vénérable format Compact Flash (qui date de 1994) évolue encore. La version 5.0 de la norme a en effet été adoptée et elle apporte quelques nouveautés. Rappelons d’abord que la norme est très similaire à une interface PATA (SATA pour les CFast) et que trouver des similitudes entre l’évolution des disques durs et des cartes Compact Flash est logique. La première nouveauté est le passage du LBA (Logical Block Access) de 28 bits à 48 bits, ce qui permet d’outrepasser la limite des 137 Go et surtout de travailler avec des blocs de données de 32 Mo au lieu des 128 ko habituels, un point intéressant quand on travaille sur des photos en très haute définition. Autre avantage, les cartes prennent maintenant en charge la commande TRIM, qui sert à optimiser les algorithmes de gestion de l’usure et qui est d’ailleurs présente sur les SSD récents.

Autre point intéressant, et pour se rapprocher des « Class » des cartes SD, un système permet aussi de valider une carte au niveau des performances. L’idée est de proposer des profiles, définis par la CFA (Compact Flash Association) qui vont permettre aux appareils de définir les performances de la carte et donc activer (ou pas) certains modes, en étant certain de ne pas subir de saccades, par exemple. Une carte communiquerait aussi à l’appareil les paramètres nécessaires à son formatage (alignement, etc.) et la meilleure façon d’en tirer parti. Un profil, standardisé, contiendrait la valeur minimum garantie en écriture, le meilleur système de fichiers, etc. Notons que la CFA propose trois « marques » pour la vidéo : HD (10 Mo/s au moins), Pro (20 Mo/s au minimum) et 4K (75 Mo/s). Comme on le voit, l’interface montre sa supériorité sur le format SD, dont la meilleure Class est la 10 (minimum 10 Mo/s).

Le principal problème des nouveautés vient du fait que les appareils doivent supporter les technologies en question et que le format Compact Flash n’est plus utilisé que dans les gammes professionnelles, qui évoluent peu.