Accueil » Comparatif » Comparatif : 69 claviers testés pour mieux jouer

Comparatif : 69 claviers testés pour mieux jouer

1 : Intro et sélection des meilleurs claviers gaming 2 : Les technologies à connaître 3 : Switchs à membrane ou mécaniques ? 4 : Caractéristiques de tous les claviers testés 5 : Tests : claviers alternatifs pour jouer 7 : Tests : gaming mécaniques 8 : Tests : gaming mécaniques de luxe 9 : Les claviers en fin de vie

Tests : gaming membranes

Comme nous l’expliquions en introduction du dossier, le nombre de claviers plus ou moins gamers disponibles sur le marché est effarant. Pour vous aider à y avoir un peu plus clair, nous avons choisi de découper les choses en trois catégories. Nous commençons ainsi par notre catégorie « le mécanique ce n’est pas automatique ». Nous y rangeons un certain nombre de claviers à membranes ou à ciseaux par exemple que l’on ne destine de prime abord pas forcément aux gamers. Nous ajoutons aussi les solutions hybrides baptisées semi-mécanique, méca-membrane ou opto-membrane en fonction du constructeur.

ASUS TUF Gaming K5

Switchs testés : mech-brane / KRO : N / Bruit : léger

Image 1 : Comparatif : 69 claviers testés pour mieux jouer
Image 2 : Comparatif : 69 claviers testés pour mieux jouer
Image 3 : Comparatif : 69 claviers testés pour mieux jouer
Image 5 : Comparatif : 69 claviers testés pour mieux jouer
6/10

ASUS TUF Gaming K5

79,95€
On aime
  • Revêtement anti-éclaboussures efficace
  • Rétroéclairage élégant
  • Saisie confortable
  • Nuisances sonores contenues
  • Excellent logiciel Armoury II
On n’aime pas
  • Volumineux
  • Repose-poignets fixe
  • Finition « plastique »
  • Contacteurs Mech-Brane un peu mous
  • Pas de rétroéclairage touche à touche
Verdict :

6/10 – Connu pour ses modèles haut de gamme, ASUS tente ici de descendre sous les 80 euros. Hélas, les sacrifices sont nombreux pour parvenir à ce niveau de prix et il n’est pas certain qu’ASUS conserve la faveur des utilisateurs, en particulier s’ils sont joueurs. En effet, le constructeur exploite des contacteurs dits « Mech-Brane » dont l’objectif est réunir le meilleur des deux mondes. Côté confort de saisie, aucun problème particulier, même s’il faut un petit temps d’adaptation. Côté discrétion ce n’est pas mal non plus avec une légère résonance, mais rien de bien méchant. En revanche, pour la réactivité, nous ne sommes clairement pas au niveau des produits mécaniques, même ceux commercialisés à des tarifs équivalents. Nous regrettons également certains manques (port USB passthrough, rétroéclairage touche à touche) et l’impossibilité de détacher le repose-poignets. Dommage car Asus propose un revêtement anti-éclaboussures très intéressant et son logiciel – Armoury II – compte parmi les meilleurs du marché.

plus
Interface USB
Hub USB Non
Toucher Membrane
Contacteurs ASUS Mech-Brane
Configuration 105 touches
Pavé numérique Oui
Anti-ghosting Oui
Key rollover Oui, 24 touches
Touches programmables Oui, toutes
Touches multimédias Oui, 4 touches
Rétro-éclairage Oui, RGB
Repose-poignets Oui, fixe
Câble 1,8 m
Dimensions 460x218x40 mm
Poids 1050 g

HyperX Alloy Core RGB

Switchs testés : n.c. / KRO : N / Bruit : léger

Image 6 : Comparatif : 69 claviers testés pour mieux jouer
Image 7 : Comparatif : 69 claviers testés pour mieux jouer
Image 8 : Comparatif : 69 claviers testés pour mieux jouer
Image 5 : Comparatif : 69 claviers testés pour mieux jouer
6/10

HyperX Alloy Core RGB

59,99€
On aime
  • Finition très correcte
  • Une frappe très discrète
  • Rétroéclairage agréable
  • Câble tressé
On n’aime pas
  • Membranes peu indiquées pour le jeu
  • Des touches bien hautes
  • Pas d'USB passthrough
  • Pas de repose-poignets
Verdict :

6/10 – Sans complètement nous convaincre, HyperX propose une variation de ses très bons claviers Alloy. Baptisée Core, cette déclinaison doit se focaliser sur l’essentiel afin de permettre une réduction sensible des coûts. Le prix est effectivement revu à la baisse, mais les sacrifices sont nombreux à commencer par le remplacement des switchs mécaniques pour des membranes peu convaincantes pour le jeu vidéo, en particulier les FPS. Lors de la saisie, le bilan est nettement meilleur, mais on regrette l’absence de repose-poignets alors que les touches sont assez hautes : l’avant-bras n’est pas dans une position très confortable. Dommage car pour le reste, c’est plutôt une réussite avec un rétroéclairage par zones assez homogène, une 6-keys rollover efficace et une finition très correcte. Intéressant pour des joueurs « tranquilles » ou occasionnels.

plus
Interface USB
Hub USB Non
Toucher Membrane
Contacteurs Inconnu
Configuration 105 touches
Pavé numérique Oui
Anti-ghosting Oui
Key rollover Oui, 6 touches
Touches programmables Oui, toutes
Touches multimédias Oui, 10 touches
Rétro-éclairage Oui, RGB
Repose-poignets Non
Câble 1,8 m
Dimensions 443x175x36 mm
Poids 1090 g

Redragon Pegasus

Switchs testés : n.c. / KRO : 19 / Bruit : léger

Image 11 : Comparatif : 69 claviers testés pour mieux jouer
Image 12 : Comparatif : 69 claviers testés pour mieux jouer
Image 13 : Comparatif : 69 claviers testés pour mieux jouer
Image 5 : Comparatif : 69 claviers testés pour mieux jouer
5/10

Redragon Pegasus

39,90€
On aime
  • Silence des contacteurs membrane
  • Large repose-poignets
  • Prix particulièrement faible
On n’aime pas
  • Contacteurs bien trop mous pour du jeu
  • Touches qui se coincent
  • Rétroéclairage hétérogène
  • Plutôt minimaliste
Verdict :

5/10 – Nouveau venu – en France – dans le monde du périphérique gamer, Redragon est implanté en Chine où il possède bureaux d’étude, ingénieurs et usines. Le Pegasus est une drôle d’idée : le clavier est effectivement présenté comme un modèle gamer et arbore d’ailleurs un design de boîte très proche de celui du Manticore. Pourtant, dans les faits, il n’a rien d’un clavier gamer et ses multiples défauts ne nous permettent d’ailleurs même pas de le conseiller pour la saisie fréquente. Basé sur des contacteurs à membranes, il souffre effectivement d’un manque très net de réactivité qui lui ferme les portes du monde du jeu vidéo. Problème, la réactivité est si faible que même la saisie s’en trouve gênée. On profite certes de la très faible hauteur des touches, mais tout cela est d’une mollesse ! Plus gênant encore, les touches ont tendance à se coincer / se bloquer dès lors que l’on essaye de saisir rapidement. Enfin le rétroéclairage n’est pas homogène et souffre d’un manque de puissance évident. Heureusement, la promesse de silence est pour sa part tenue et le prix de vente particulièrement faible. Reste que même à 25 euros, nous avons du mal à vous conseiller ce modèle surtout si vous êtes joueur.

plus
Interface USB
Hub USB Non
Toucher Membrane
Contacteurs Inconnu
Configuration 105 touches
Pavé numérique Oui
Anti-ghosting Oui
Key rollover Oui, 19 touches
Touches programmables Non
Touches multimédias Oui, 12 touches
Rétro-éclairage Oui, rouge
Repose-poignets Oui, fixe
Câble 1,8 m
Dimensions 452x202x19 mm
Poids 590 g

Razer Cynosa Chroma

Switchs testés : membrane / KRO : 10 / Bruit : léger

Image 16 : Comparatif : 69 claviers testés pour mieux jouer
Image 17 : Comparatif : 69 claviers testés pour mieux jouer
Image 18 : Comparatif : 69 claviers testés pour mieux jouer
Image 5 : Comparatif : 69 claviers testés pour mieux jouer
8/10

Razer Cynosa Chroma

Le silencieux

79,90€
On aime
  • Design et finition de qualité
  • Rétroéclairage touche par touche efficace
  • Un compromis réactivité/souplesse intéressant
  • Entièrement programmable
  • Silence appréciable lors de la frappe
On n’aime pas
  • Il faut s'habituer à ce toucher particulier
  • Pas de repose-poignets
  • Aucun connecteur en plus (USB, audio)
  • Logiciel Synapse pas toujours très pratique
  • Plutôt encombrant
  • Chiffres en petit sur les touches
Verdict :

8/10 – Sur un marché des claviers gamer largement dominé par les produits dits mécaniques, Razer s’est toujours distingué en étant l’un des rares constructeurs à proposer des modèles « membranes ». L’idée est de proposer un touché plus souple et surtout des nuisances sonores plus faibles, pour ne pas dire nulles. Le Razer Cynosa Chroma s’acquitte bien de sa tâche alors que le constructeur a troqué les « méca-membranes » du Ornata pour des membranes plus classiques. Sans surprise, la frappe est moins nerveuse et les amateurs de jeux vidéo devront faire avec une réactivité en retrait : reste que sur ces deux points, le Cynosa Chroma s’en sort avec les honneurs. Trois angles d’inclinaison sont proposés pour ajuster au mieux la position du clavier et le silence apporte un surcroît de confort. Reste que compte tenu du prix du clavier, Razer aurait pu soigner les accessoires (repose-poignets, port USB…) d’autant que le Cynosa Chroma est encombrant.

plus
Interface USB
Hub USB Non
Toucher Membrane
Contacteurs n.c.
Configuration 105 touches
Pavé numérique Oui
Anti-ghosting Oui
Key rollover Oui, 10 touches
Touches programmables Oui, toutes
Touches multimédias Oui, 12 touches (via Fn)
Rétro-éclairage Oui, RGB
Repose-poignets Non
Câble 2,1m
Dimensions 457x174x33mm
Poids 910g

Spirit of Gamer Xpert-K100

Switchs testés : membrane / KRO : 26 / Bruit : léger

Image 21 : Comparatif : 69 claviers testés pour mieux jouer
Image 22 : Comparatif : 69 claviers testés pour mieux jouer
Image 23 : Comparatif : 69 claviers testés pour mieux jouer
Image 5 : Comparatif : 69 claviers testés pour mieux jouer
6/10

Spirit of Gamer Xpert-K100

40,60€ > Amazon
On aime
  • Discrétion des membranes
  • Finition réussie
  • Prix plancher
  • Saisie agréable
On n’aime pas
  • Repose-poignets peu pratique
  • Membranes un peu molles pour du jeu
  • Aucune macro n'est possible
  • Rétroéclairage limité à 7 couleurs
Verdict :

À moins de 40 euros le clavier d’abord pensé pour les joueurs, on peut dire que Spirit of Gamers a des arguments à faire valoir. D’autant que le Xpert-K100 n’est pas un mauvais bougre. De prime abord, les joueurs seront surpris de ne pas retrouver des contacteurs mécaniques, mais un système par membranes. Ces dernières sont moins réactives et auront sans doute une moindre durée de vie, mais leur discrétion est très appréciable… surtout quand on n’est pas seul dans la pièce. Le toucher n’est d’ailleurs pas mauvais du tout et il est possible saisir très vite avec ce modèle. Dans les jeux, on pourra aussi compter sur un anti-ghosting de qualité couplé à un key rollover sur 26 touches. Reste que l’on ne comprend pas la limitation à 7 couleurs du rétroéclairage et, surtout, l’absence d’outil de macro / programmation des touches. Bien sûr, certains joueurs s’en passeront, mais pour nombre d’entre eux un tel manque est rédhibitoire. Dommage.

plus

Roccat Isku+ Force FX

Switchs testés : membrane / KRO : N / Bruit : inaudible

Image 26 : Comparatif : 69 claviers testés pour mieux jouer
Image 27 : Comparatif : 69 claviers testés pour mieux jouer
Image 28 : Comparatif : 69 claviers testés pour mieux jouer
Image 5 : Comparatif : 69 claviers testés pour mieux jouer
7/10

Roccat Isku+ Force FX

69,90€ > Amazon
On aime
  • Système Force très agréable
  • Qualité et silence de la saisie
  • Nombreux raccourcis, macros…
  • Rétro-éclairage élégant et efficace
On n’aime pas
  • Repose-poignets imposant
  • Contacteurs un peu "mous"
  • Temps d'adaptation nécessaire
  • Pas d'USB, de jack
  • Logiciel Swarm pas très stable
Verdict :

Après, l’Isku, l’Isku FX et l’Isku+, cette quatrième version vient boucler la boucle. En apparence, difficile de voir une différence avec les précédentes versions. Roccat s’est pourtant fendu d’un clavier novateur en regroupant des fonctionnalités que l’on ne retrouve pas toujours chez la concurrence. Ainsi, l’Isku+ Force FX reconduit-il l’EasyShift qui vient doubler les fonctions d’une trentaine de touches. Il propose également ces trois touches programmables à proximité de la barre espace et intègre un rétro-éclairage RGB à six niveaux d’intensité. Le plus intéressant se situe toutefois au niveau des contacteurs. À membrane, ils sont silencieux et se distinguent grâce à Force, une technologie dont l’objectif est de faire réagir les touches AZEQSD en fonction de la pression exercée. Ainsi, on peut changer l’allure d’un personnage ou l’accélération d’un véhicule avec le clavier. Dans les faits, cela demande un temps d’adaptation, mais le résultat est très probant. Hélas, les contacteurs restent un peu mous pour des joueurs exigeants et le logiciel Swarm n’est pas le plus stable que nous ayons eu entre les mains.

plus

The G-Lab KEYZ#300

Switchs testés : membrane / KRO : 26 / Bruit : léger

Image 31 : Comparatif : 69 claviers testés pour mieux jouer
Image 32 : Comparatif : 69 claviers testés pour mieux jouer
Image 5 : Comparatif : 69 claviers testés pour mieux jouer
6/10

The G-Lab KEYZ#300

Petit prix

33,99€ > Amazon
On aime
  • Un prix très intéressant
  • Le rétroéclairage sur 3 couleurs
  • Les cinq touches de macro
  • Une frappe plutôt silencieuse
  • Anti-ghosting efficace
On n’aime pas
  • Un encombrement important
  • Des touches assez dures, un saisie peu confortable
  • Le rétroéclairage (trop) puissant
  • Un câble un peu court
Verdict :

7/10 – S’il n’est pas le clavier le plus efficace du moment, le KEYZ#300 est proposé à un tarif si bas que l’on peine à croire The G-Lab. Le constructeur a pourtant réussi à proposer un rétroéclairage efficace, des touches de macro aisément programmables et un véritable anti-ghosting autorisant un rollover sur 26 touches. Nous avons parfois eu du mal à atteindre ce chiffre, mais qu’importe, le résultat est là et qu’il s’agisse de jouer ou de travailler, le KEYZ#300 fait le job. On regrette tout de même que le touché ne soit pas un peu plus subtile et malgré l’utilisation de contacts à membranes, l’ensemble manque d’un peu de souplesse. Reste la question du test de longévité sur lequel nous espérons pouvoir revenir dans quelques mois.

plus
Interface USB
Hub USB Non
Toucher Membrane
Contacteurs n.c.
Configuration 111 touches
Pavé numérique Oui
Anti-ghosting Oui
Key rollover Oui, 26 touches
Touches programmables Oui, 8 touches
Touches multimédias Oui, 6 touches
Rétro-éclairage Oui, bleu, rouge et violet
Repose-poignets Oui
Câble 1,6 m
Dimensions 485x210x35 mm
Poids 830 g

Logitech G213 Prodigy

Switchs testés : membrane / KRO : 6 / Bruit : inaudible

Image 35 : Comparatif : 69 claviers testés pour mieux jouer
Image 36 : Comparatif : 69 claviers testés pour mieux jouer
Image 37 : Comparatif : 69 claviers testés pour mieux jouer
Image 5 : Comparatif : 69 claviers testés pour mieux jouer
7/10

Logitech G213 Prodigy

44,92€ > Amazon
On aime
  • Une frappe bien confortable
  • Résistance aux projections d'eau
  • Peu bruyant durant l'utilisation
  • Un vrai repose-poignets bien adapté
On n’aime pas
  • Manque d'un peu de réactivité en jeux
  • Intensité fixe du rétroéclairage RGB
  • Ensemble clavier / repose-poignets encombrant
  • Pas de macro, de touches programmables
Verdict :

Logitech nous a habitué à des produits souvent très chers, mais ce G213 Prodigy déroge (un petit peu) à la règle. Il est coûteux pour un produit à membranes, mais reste accessible et dispose de nombreuses fonctionnalités. Il résiste aux éclaboussures et dispose d’un repose-poignets – certes encombrant – réellement pratique. Le rétroéclairage RGB est bien pensé même si son intensité reste fixe et nous apprécions la présence d’un petit bloc de touches multimédias. Plus important, le G213 se distingue par la qualité de sa frappe. Pour un clavier à membrane, la réactivité est étonnante. On reste un cran en-dessous de bons claviers mécaniques, mais il est possible de jouer de manière on ne peut plus confortable avec ce produit. Pour ne rien gâcher, il sera possible de se lancer dans de longues sessions de saisie sans risquer les fautes de frappe et la fatigue. Certains regretterons que le bruit ne soit pas au niveau d’un clavier chiclet, mais les nuisantes restent contenues.

plus

Razer Ornata

Switchs testés : méca-membrane / KRO : 10 / Bruit : léger

Image 40 : Comparatif : 69 claviers testés pour mieux jouer
Image 41 : Comparatif : 69 claviers testés pour mieux jouer
Image 42 : Comparatif : 69 claviers testés pour mieux jouer
Image 5 : Comparatif : 69 claviers testés pour mieux jouer
6/10

Razer Ornata

69,95€ > Amazon
On aime
  • Design et finition de qualité
  • Le rétroéclairage est efficace
  • Un compromis réactivité/souplesse intéressant
  • Des demi-touches pratiques pour la saisie
  • Entièrement programmable
On n’aime pas
  • Nécessaire adaptation à ces contacteurs d'un genre particulier
  • Les contacteurs méca-membranes sont très bruyants
  • Un logiciel (Synapse) peu ergonomique
  • Aucune touche de macro dédiées
  • Demi-touches moins agréables durant les parties
Verdict :

Produit ambitieux porteur d’une nouvelle technologie de contacteurs, le Razer Ornata ne séduit pas totalement. Ces contacteurs offrent un bon compromis réactivité / souplesse, mais génèrent un bruit particulièrement gênant lors de la saisie. Pourtant, Razer a choisi de les surmonter de demi-touches destinées à la frappe au kilomètre plutôt qu’aux sessions de jeu vidéo. Alors que le logiciel Razer Synapse permet de mutliples fantaisies au niveau programmation des touches, on s’étonne également que Razer ne propose aucune touche dédiée aux macros. Enfin, la qualité de finition générale du clavier et son excellent design ne se retrouvent pas sur ce logiciel pas toujours très ergonomique. En voulant innover, Razer se prend un peu les pieds dans le tapis, à voir si une v2 voit le jour.

plus

Konix Drakkar Bifrost

Switchs testés : semi-mécanique / KRO : 9 / Bruit : inconfort

Image 45 : Comparatif : 69 claviers testés pour mieux jouer
Image 46 : Comparatif : 69 claviers testés pour mieux jouer
Image 5 : Comparatif : 69 claviers testés pour mieux jouer
5/10

Konix Drakkar Bifrost

52,74€ > Amazon
On aime
  • Rétroéclairage efficace
  • Verrouillage des touches Windows pendant le jeu
  • Finition très correcte
  • Inversion des touches ZQSD / fléchées
  • Anti-ghosting présent
On n’aime pas
  • Saisie peu confortable
  • Anti-ghosting partiel
  • Rétroéclairage pas du tout uniforme
  • Câble trop court
Verdict :

Malgré un prix plancher compte tenu des fonctionnalités avancées, le Drakkar Bifrost déçoit. C’est surtout son aptitude à souffler le chaud et le froid qui s’avère gênante. Ainsi, le rétroéclairage est intéressant, mais son manque d’uniformité est gênant. Dans le même ordre d’idée, il n’exploite qu’un anti-ghosting partiel, principalement focalisé sur les touches de la zone ZQSD, heureusement les plus importantes pour un joueur. Baptisés semi-mécaniques par Konix, les contacts sont efficaces durant les sessions de jeu, mais réellement handicapante pour une saisie au kilomètre : même après un temps d’adaptation, on se rend compte que la frappe est ralentie du fait d’un retour inconfortable des touches. Le Bifrost tient davantage de la solution de dépannage que du clavier à utiliser sur le long terme.

plus

Speedlink Parthica

Switchs testés : semi-mécanique / KRO : 6 / Bruit : inconfort

Image 49 : Comparatif : 69 claviers testés pour mieux jouer
Image 50 : Comparatif : 69 claviers testés pour mieux jouer
Image 5 : Comparatif : 69 claviers testés pour mieux jouer
5/10

Speedlink Parthica

33,99€ > Amazon
On aime
  • Revêtement des touches agréable
  • Logiciel Speedlink très complet
  • Six touches macros bien pratiques
  • Finition de qualité au regard du prix
On n’aime pas
  • Retour des touches brutal pour de la saisie
  • Un repose-poignets pas très pratique
  • Le rétroéclairage est un peu faible
  • Un encombrement assez important
Verdict :

Soucieux de toujours proposé des périphériques accessibles, Speedlink opte pour ce qu’il appelle un modèle semi-mécanique. Hélas, le résultat est en demi-teintes et si la réactivité des touches est un atout en jeu, ce n’est pas très agréable au moment de la saisie. Nous regrettons également que le rétroéclairage soit problématique : malgré quatre options d’intensité, celle-ci se révèle souvent trop faible. Ce double défaut est d’autant plus dommage que l’anti-ghosting du Parthica s’avère efficace et que divers touches de fonctions (macro, multimédia…) sont disponibles. Le confort d’utilisation est au rendez-vous, encore renforcé par le revêtement des touches. Du coup, on se retrouve avec un clavier relativement bon marché capable d’accompagner un joueur pour qui la saisie n’est pas très importante.

plus

Roccat Skeltr

Switchs testés : membrane / KRO : 6 / Bruit : léger

Image 53 : Comparatif : 69 claviers testés pour mieux jouer
Image 54 : Comparatif : 69 claviers testés pour mieux jouer
Image 55 : Comparatif : 69 claviers testés pour mieux jouer
Image 5 : Comparatif : 69 claviers testés pour mieux jouer
5/10

Roccat Skeltr

159,90€ > Amazon
On aime
  • Branchement d'un appareil mobile et captation des appels
  • Plusieurs touches de macros, bien placées
  • Un rétroéclairage RGB
  • Une saisie confortable
On n’aime pas
  • Une finition décevante
  • L'addition est très salée
  • Une connexion Bluetooth imparfaite
  • Le rétroéclairage pas du tout uniforme
  • Des contacteurs un peu souples pour des joueurs
Verdict :

Constructeur pourtant réputé, Roccat déçoit. Quoique très gadget, l’idée de pouvoir prendre directement ses appels via notre casque/micro pendant une partie était bonne, mais la mise en place et la connexion Bluetooth laissent à désirer. Plus gênant encore, l’ensemble Skeltr dispose d’une finition qui n’est pas du tout en rapport avec son prix particulièrement élevé. Les matériaux utilisés font très plastique, mais le clavier reste relativement lourd et la qualité du rétroéclairage laisse à désirer. Bon point en revanche, le confort de frappe est au rendez-vous grâce à des touches qui permettent une frappe alerte. En revanche, pour du jeu, le résultat est moins convaincant : les touches ne sont pas assez réactives. Au final, on se demande quelle est vraiment la cible du Roccat Skeltr.

plus

Konix Drakkar Midgard

Switchs testés : membrane / KRO : 8 / Bruit : inconfort

Image 58 : Comparatif : 69 claviers testés pour mieux jouer
Image 59 : Comparatif : 69 claviers testés pour mieux jouer
Image 5 : Comparatif : 69 claviers testés pour mieux jouer
3/10

Konix Drakkar Midgard

21,99€ > Amazon
On aime
  • Un prix très intéressant
  • Un rétroéclairage discret, mais efficace
  • Verrouillage des touches Windows pendant le jeu
  • 5 touches dédiées aux macros
  • Inversion des touches ZQSD / fléchées
On n’aime pas
  • La saisie est très inconfortable
  • Le rétroéclairage est inégal
  • Un anti-ghosting bien limité
  • Un câble trop court
  • Un encombrement important en largeur
Verdict :

Konix nous propose un clavier une fois encore très peu coûteux et il le dote malgré tout de fonctionnalités intéressantes comme le rétroéclairage ou l’anti-ghosting. Hélas, tout ce qu’il fait, il le fait mal. C’est ainsi que le rétroéclairage est inégal, trop présent sur la partie inférieure. De même, l’anti-ghosting ne fonctionne pas très bien et une pression simultanée sur U et I désactive la touche espace. Le verrouillage de la touche Windows en cours de partie ou les cinq touches de macro sont heureusement beaucoup plus efficaces. Cela ne suffit toutefois pas à faire pencher la balance de ce produit dont la qualité de frappe est simplement mauvaise. Les touches reviennent trop lentement et la mollesse de l’activation est désagréable au possible. Passez votre chemin.

plus

Sommaire :

  1. Intro et sélection des meilleurs claviers gaming
  2. Les technologies à connaître
  3. Switchs à membrane ou mécaniques ?
  4. Caractéristiques de tous les claviers testés
  5. Tests : claviers alternatifs pour jouer
  6. Tests : gaming membranes
  7. Tests : gaming mécaniques
  8. Tests : gaming mécaniques de luxe
  9. Les claviers en fin de vie