Accueil » Test » Comparatif de routeurs Wi-Fi 802.11ac

Comparatif de routeurs Wi-Fi 802.11ac

1 : Introduction 2 : Les routeurs 3 : Configuration du test 4 : Tests de référence sur bande 5 GHz 5 : Tests de référence sur bande 2,4 GHz 6 : Performances sans chiffrage 7 : Performances avec interférences 9 : IxChariot : TCP et UDP avec connexions multiples 10 : Connexions multiples et bi-bande sous IxChariot & conclusion

Performances avec distance & obstacles

Afin d’évaluer la portée des routeurs, nous avons déplacé notre configuration client à l’étage inférieur de la maison et à l’opposé de la configuration serveur, ajoutant ainsi des obstacles significatifs (deux murs et un étage) en plus de la distance.

Image 1 : Comparatif de routeurs Wi-Fi 802.11ac

S’il y avait encore des doutes quant à la nécessité d’avoir trois antennes, avec ou sans suramplification, ce benchmark a le mérite de mettre les points sur les i. Les écarts entre Asus, R6300 et Nighthawk sont presque insignifiants en comparaison.

Image 2 : Comparatif de routeurs Wi-Fi 802.11ac

Toute inquiétude quant au fait de voir les débits plafonner sous PassMark est complètement évacuée : le Nighthawk est le routeur qui s’en sort le mieux sachant que son débit en TCP est divisé par deux par rapport au test de référence. L’Asus RT-AC66U voit ses débits diminuer dans des proportions similaires tandis que le pauvre Amped RTA15 doit se contenter de 10 % de son débit d’origine dans ces conditions (~21 mètres de distance avec obstacles).

Image 3 : Comparatif de routeurs Wi-Fi 802.11ac

Les résultats en TCP sous IxChariot ressemblent beaucoup à ceux que nous venons d’observer sous PassMark. Le Nighthawk survole une fois encore les débats en ne perdant « que » la moitié de son débit tandis que la concurrence souffre encore plus.

Image 4 : Comparatif de routeurs Wi-Fi 802.11ac

Notons qu’en UDP, les deux routeurs Netgear parviennent à préserver des débits moyens quasiment identiques malgré les contraintes. L’Asus RT-AC66U voit sa performance minimale chuter mais parvient tout de même à maintenir un bon débit moyen. Seul l’Amped RTA15 se retrouve donc dans une situation difficile.

On peut en conclure la chose suivante : lorsque l’on échange des données à longue distance et/ou avec des obstacles, a fortiori si l’on utilise la bande 5 GHz dont la portée est plus courte de nature que la bande 2,4 GHz, mieux vaut privilégier l’UDP (comme le streaming vidéo par exemple) et s’assurer d’avoir un routeur à trois antennes minimum.

Voyons à présent ce qu’il en est sur la bande 2,4 GHz.

Image 5 : Comparatif de routeurs Wi-Fi 802.11ac

Une fois encore, la distance et les obstacles font exploser la durée des transferts, à deux exceptions près. S’agissant des transferts client vers serveur, l’Asus RT-AC66U ne perd que 20 % de ses performances. Le Nighthawk voit ses performances divisées par deux sur ce même transfert, mais dans le sens serveur vers client, il ne met que deux secondes supplémentaires par rapport au benchmark de référence pour finir le transfert.

Image 6 : Comparatif de routeurs Wi-Fi 802.11ac

Sous PerformanceTest, les routeurs abandonnent environ la moitié de leurs débits d’origine une fois que l’on ajoute de la distance et des obstacles. Plus important, l’écart entre TCP et UDP s’efface pour tous les modèles sauf l’Asus RT-AC66U qui parvient à maintenir un meilleur débit UDP, ce qui lui permet de remporter ce test.

Image 7 : Comparatif de routeurs Wi-Fi 802.11ac

Le Nighthawk fait à nouveau étalage de sa force sous IxChariot avec une baisse très contenue de ses débits TCP, alors que les trois autres modèles voient leurs performances divisées par deux au minimum.

Image 8 : Comparatif de routeurs Wi-Fi 802.11ac

Ce dernier graphique nous permet de dresser le même constat en UDP.

Sommaire :

  1. Introduction
  2. Les routeurs
  3. Configuration du test
  4. Tests de référence sur bande 5 GHz
  5. Tests de référence sur bande 2,4 GHz
  6. Performances sans chiffrage
  7. Performances avec interférences
  8. Performances avec distance & obstacles
  9. IxChariot : TCP et UDP avec connexions multiples
  10. Connexions multiples et bi-bande sous IxChariot & conclusion